En direct d’un atelier…

Autour de la table les participants s’activent à réaliser leur propre oeuvre.

Animé par les artistes Brigitte Adgnot, membre de l’atelier d’écriture Vadrouilles, et Benjamin Barreau, graphiste indépendant, l’atelier d’écriture et de graphisme a réuni une dizaine de participants en cet après-midi du dimanche 25 septembre.

Réflexions, convivialité et idées résument bien l’ambiance qui a régné dans ce petit atelier organisé à la Galerie bleue.

En débutant l’atelier par la lecture d’un extrait de “La solitude de la fleur blanche” d’Annelise Roux, Brigitte a posé un point de vue d’auteur sur l’envers de la terre d’accueil. En effet, ce livre raconte l’histoire d’une jeune fille dont les parents sont pieds noirs et qui vit son exil comme une souffrance.

Des mots pour une histoire

Pour suivre, un exercice ludique : les participants devaient proposer des mots qui leur venaient directement à l’esprit, en rapport avec le thème terre d’accueil. “Maison”, “mot”, “respiration”, “deuil”, “renaissance”, “racine” et bien d’autres mots sont choisis spontanément. A partir de ces termes, chaque participant a formé une histoire, avant d’être invité à la lire devant les autres. Tout le monde s’est prêté à l’exercice avec enthousiasme, dans une ambiance bienveillante. Des beaux textes s’enchaînent, chacun ayant son propre point de vue sur le thème et des phrases fortes ressortent :

des mots qui créent des ponts”, “des racines plurielles”, “les mots, seuls abris de l’esprit”...

Cette diversité des productions fait transparaître les univers très différents des uns et des autres.

1er round de l'atelier, l'écriture et la lecture d'une histoire sur la thématique.
1er round de l’atelier : l’écriture et la lecture d’une histoire sur la thématique « terre d’accueil ».

Quand les mots prennent formes…

Ensuite, chacun a pu produire un objet graphique selon sa convenance à partir de formes différentes, à partir de lettres formant les mots choisis auparavant. Benjamin, passionné par la typographie et les formes, explique  “l’idée est de voir les formes comme des contraintes pour construire les lettres”.

Un mélange de sentiments de retour en enfance, d’insouciance et de bonne humeur ressort du groupe. Ainsi, Sophie, une habituée de ce type d’ateliers d’écriture et d’arts plastiques, s’amuse à chaque fois “de l’aventure de faire quelque chose de nouveau”. Tandis qu’une autre habituée, Samia, apprécie que ces “ateliers soient souvent couplés avec une exposition et de mixer le jeu avec l’écriture puis la typographie”.

Pour Pauline Saidi, organisatrice du festival, le bilan de l’atelier est globalement positif : “personne n’a été mis de côté et toutes les productions étaient de qualité tout en restant accessibles”.

2nd round : réalisation d'un objet graphique.
2nd round : réalisation d’un objet graphique.

Camille Rolland

Articles sur le même thème : Festival A demi mot : des rencontres inattendues entre habitants et artistes