Et si les candidats étaient des joueurs de foot?

La présidentielle, c’est comme un match de foot. Tu cours partout, tu tapes dans le ballon, tu veux battre tes adversaires. On a notre équipe de onze pour 2017. S’ils étaient joueurs, ils seraient qui?

Macron est un peu comme N’Golo Kanté. C’est le récupérateur, au milieu du terrain, ni à gauche, ni à droite. Il s’arrange toujours pour prendre le ballon un peu partout.

Fillon, c’est le Benzema de la Politique. On parle plus de ses affaires que de ses matchs. On se demande tout le temps quand est ce qu’il va revenir dans l’équipe et il reste toujours sur la touche.

Le Pen, elle est un peu comme Kylian M’Bappé. Elle est l’étoile montante d’une famille de sportifs chevronnés. Elle domine le match et elle fait trembler l’équipe adverse.

Mélenchon fait penser à Zlatan Ibrahimovic. Il a un égo surdimensionné. Il parle presque de lui à la troisième personne. Et il marche super bien auprès des jeunes, il faire vendre plein de maillots.

Hamon, c’est pas un joueur pro. Il y croit vraiment, mais tellement que quand il arrive sur le terrain, il pense que le but est plus proche, plus accessible. Il se dit que c’est facile de marquer des buts et il n’y arrive pas.

hamon
Benoît Hamon / CC Jackolan1 on Wikimédia

Lasalle, il est comme Pogba. Pas pour ses qualités de joueurs, juste parce qu’il est grand. Et aussi parce que Pogba joue chez les Anglais. Lasalle parle à Bachar Al Assad, alors c’est un peu pareil.

Poutou, il me fait penser à Thomas Müller, il est proche du public, il est le public. A la fin il chanterait presque avec les spectateurs. Tellement proche qu’il dit tout le temps « on ».

Dupont-Aignan gagne le titre de Zidane. Mais pas pour ses qualités. Il quitte le match avant la fin, il donne des coups de boule et se fait sortir du terrain.

Asselineau, lui, il est comme tous les joueurs, il veut se démarquer mais il a suivi le parcours normal: HEC, ENA, inspection des finances et Haut fonctionnaire. Un joueur pro normal.

François_ASSELINEAU
François Asselineau / CC Union Populaire Républicaine on Wikimédia

Cheminade, désolé, mais il est un peu comme Totti. Ils sont vieux tous les deux et continuent de s’accrocher alors, que franchement, on sait tous que c’est trop tard. Il faut quand même admettre que Cheminade n’a pas le même côté légendaire.

Arthaud, enfin, elle est comme Cavani, elle ne supporte pas la hiérarchie, si elle perd, c’est l’arbitre le responsable. De toute façon, les chefs sont responsables de tous les maux de la société.

Rachel Pommeyrol et Florian Logié.