Jean-Luc Mélenchon : L’insoumis incompris

Les spécialistes le disent, la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon était de loin la plus brillante. Innovante et décalée, elle a su conquérir les foules. Pourtant, même si tous ses partisans y croyaient, le leader de la France insoumise n’est pas qualifié pour le second tour.

Meeting_Mélenchon_Toulouse_-_2017-04-16_-_Jean-Luc_Mélenchon_-_24
Jean-Luc Mélenchon en meeting à Toulouse le 16 avril 2017. Crédit photo : Wikimedia commons

Ils y ont cru jusqu’au dernier moment, mais à 20h quand les premières estimations tombent les visages s’assombrissent automatiquement. Jean-Luc Mélenchon, le candidat d’extrême gauche, est éliminé de la course à la présidentielle. La défaite est encore plus dure à encaisser sachant qu’il est même dépassé par le candidat Les Républicains qu’il talonnait depuis plusieurs semaines.

32945712770_9e1460f3fd_b.jpg
La France insoumise dans la rue. Crédit photo : Jeanne Menjoulet – Flickr

Une stratégie bien ficelée

Et pour cause, Jean-Luc Mélenchon était une possibilité non négligeable. Le candidat n’avait pas lésiné sur les moyens : Chaîne Youtube alimentée régulièrement, hologramme permettant d’être présent partout à la fois et même jeu vidéo… Du jamais vu dans les campagnes présidentielles ! Et s’il n’est pas le plus jeune des candidats, il est, comme l’indiquent les résultats, celui le plus apprécié chez les 18-25 ans. D’autant plus que le représentant de l’avenir en commun a presque doublé son score de 2012 en obtenant presque 20% des voix. Un pari qui peut donc être jugé plutôt réussi pour Mélenchon, qui même en faisant partie du paysage politique français depuis plusieurs années arrive encore à séduire et se renouveler. 

FR_-_Élection_présidentielle_de_2017_par_département_T1.svg
En rouge, les départements où Mélenchon est en tête au premier tour. Crédit photo : Wikipédia

Douche froide

En contraste avec son arrivée tout sourire dans le bar qu’il avait privatisé pour l’évènement, c’est un Mélenchon bien plus sévère qui a prononcé son discours de défaite. Pas de longueur, le candidat va droit au but et ne cache pas sa déception. Son amertume est évidente et il déplore ouvertement la suite de l’élection.“Médiacrates et oligarques jubilent, rien n’est si beau pour eux qu’un second tour entre deux candidats qui approuvent et veulent prolonger les institutions actuelles […] et qui comptent s’en prendre aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays.” Déclare-t-il. Mais ce qui a marqué les opinions, c’est l’absence de consigne de vote. En effet, le chef de file des insoumis laisse le choix à ses électeurs, c’est eux qui décideront pour qui voter. Enfin, Mélenchon invite le peuple à ne pas baisser les bras et à continuer le combat. “Vous êtes un matin tout neuf qui commence à percer.” Affirme t’il avant de rappeler les devises de la patrie. Pour le candidat et son parti, rien n’est fini, bien au contraire.

Il reste désormais au père des insoumis à tirer son épingle du jeu aux législatives et de retenter sa chance dans cinq ans. Et sachant que Donald Trump est président à 71 ans, tout est encore possible pour le Jean- Luc de 2022.

Julia