Les cyber-attaques, un vrai danger pour la société ?

Restée secrète pendant un an, l’attaque informatique contre le géant mondial de VTC Uber a beaucoup fait parler d’elle.

Des millions de données personnelles sont tombés aux mains des hackers, ces données représentent 57 millions de victimes dont 600 000 chauffeurs. Bien que Uber est assuré que les données bancaires n’avaient pas été volées, les noms, adresses mail et numéros de téléphone auraient été piraté.

Ces informations intéressent beaucoup les hackers qui peuvent les revendre sur le darknet.

Ce gigantesque piratage rappelle la fragilité des systèmes informatiques de certaines grandes entreprises qui connaissent de plus en plus le même sort.

Pour comprendre ce phénomène, nous avons interrogé Ludwig Rodrigues développeur web pour le site de Demotivateur. Pour lui, le risque zéro n’existe pas « Il n’est jamais possible de sécuriser des datas à 100 %… »

Une protection donc difficile qui a amené de grandes instances comme l’Union européenne à réfléchir sur la question.

En avril 2016, un texte avait été soumis pour unifier le cadre juridique pour l’ensemble des pays européens en ce qui concerne la libre circulation des données et leur protection.

Le jeune homme se veut quand même rassurant, le hacking ce n’est pas à la portée de tous « Il n’est pas donné à tout le monde de pirater les bases de données de grandes firmes. Il faut avoir certaines connaissances qui permettent de trouver une faille sur le serveur afin de pouvoir y accéder. »

Derrière ces attaques, il y a beaucoup plus qu’un simple vol, parfois les hackers ont de réelles démarches comme le rappelle M. Rodrigues « Pour ces pirates, il est assez jouissif de montrer qu’ils sont capables de pénétrer illégalement dans les bases de données de grosses sociétés, mais il y a aussi une volonté de montrer que les systèmes de sécurité ne sont pas infaillibles.»

Anonymous, Lulzsec, ils sont beaucoup à s’être fait un nom à travers une attaque de grande ampleur. Ces hackers de plus en plus fort, réussissent à faire plier des entreprises de grandes envergures comme ce fut le cas de la chaîne HBO qui cet été s’est fait voler la saison de Game of Thrones.

De plus en plus grandes, les cyber-attaques portent atteinte à nos vies privées et prouvent qu’à l’avenir, il faudra bien plus qu’un texte européen sur la protection des données pour contre-attaquer.

Chloé Pulvirenti