« Friends »: une série TV sexiste ou de son temps ?

Une petite guerre se joue depuis quelques semaines entre générations Y et Millénials (en gros, les personnes nées entre 1980 et 2000). La cause revient à Friends, ajouté récemment sur Netflix UK. Les derniers accusent le sitcom d’être grossophobe ou encore homophobe, les autres défendent leur série fétiche des années 90.

Friends
©NBC

Attention, il ne s’agit pas de n’importe quelle série puisque Friends est souvent perçue comme l’une des séries qu’il faut voir absolument. Avec pas moins d’une dizaine de récompenses dont six Emmys Awards, Friends est considérée tout simplement comme « la meilleure série de tous les temps » selon une enquête de The Hollywood Reporter. Ceci étant posé, nous comprenons mieux les tensions qu’il peut y avoir quand les uns attaquent la série préférée des autres. Mais pourquoi le sitcom poserait-il problème ?

Les Millenials – comprenez par là les personnes nées dans les années 2000 – accusent la série d’être « problématique » décrivant ainsi cette dernière comme étant transphobe, sexiste ou encore homophobe. Ces Millenials se sentent « mal à l’aise » face à certaines intrigues LGBT comme lorsque Chandler était paniqué à l’idée que l’on puisse penser qu’il est gay ou lorsque celui-ci fait des blagues douteuses sur son père qui se travestit. Autre preuve avancée par ces jeunes téléspectateurs : les railleries répétées à l’encontre de Monica sur son passé alors qu’elle avait de l’embonpoint.

Une série, deux époques différentes

Pour le journal, The Independant, le manque de diversité à travers les dix saisons est  « inexcusable et embarrassant ». Pire, toujours selon le quotidien anglais, la majorité des blagues écrites dans la série qui fut diffusée pour la première fois il y 24 ans (ça ne nous rajeunit pas !), serait refusée bien avant qu’elles n’atteignent les bureaux des scénaristes. Il faut rappeler qu’en 1994, lorsque Friends est sortie, il était courant que ces sujets soient moqués, l’appréhension était différente qu’elle ne l’est aujourd’hui. Si nous reprenons chaque série passée sous le prisme de notre vie actuelle, alors il est fort à penser que nous trouverions un « problème » dans chacune d’entre elles.

Un argument défendu par les « pro-Friends ». Certains avancent également que la série grossit volontairement les traits de ces personnages pour dénoncer les problème tels que l’homophobie ou le sexisme. « Joey était un abruti avec les femmes. Nous le savons tous. Mais il n’y avait qu’un seul moyen de le dénoncer, c’était de le montrer en action. A la fin de la série, il est seul personnage qui est toujours célibataire » argumente ainsi James Baldock pour MetroUK. Pour ses « défenseurs », Friends s’intéresse aussi à la différence d’âge lorsque Monica tombe amoureuse d’un homme qui pourrait « être son père ». Cette relation terminera uniquement pour cause de « priorités différentes. Elle voulait des enfants lui non » explique un twittos.

Que l’on soit pour, que l’on soit contre la rédaction (et je ne parle pas en tant que fan), je vous recommande vivement de regarder Buffy contre les vampires si ce n’est pas déjà fait. Une série en avance sur son temps avec en particulier le premier couple lesbien.

Marine Fouquez