Pourquoi le Jeremstargate est digne d’un épisode de BlackMirror

Courant janvier, Twitter, Snapchat et Youtube ont été envahis de commentaires sur l’affaire qui mêle Jeremy Gisclon, un personnage bien connu dans le milieu de la télé-réalité, et l’un de ses amis Pascal Cordonna. Du jour au lendemain, une pluie d’anonymes s’est déchaînée contre un personnage qui, la veille encore, était encore perçu comme une idole… Retour sur une affaire qui en dit long sur les réseaux sociaux et leurs travers.

Vous ne connaissez pas Black Mirror ? Ne vous inquiètez pas, vous ne devriez pas avoir de mal à comprendre cet article. Les deux seules choses à savoir sont les suivantes : Black Mirror est une série qui aborde à chaque épisode un travers des évolutions de la technologie et les conséquences catastrophiques qu’elles peuvent avoir et chaque épisode raconte une histoire divisée en quatre parties. Le Jeremstargate a beaucoup de points communs avec les récits de Black Mirror : malgré ses promesses merveilleuses (celles de la célébrité, de l’attention médiatique et de l’argent à proffusion), la technologie finit par réveler son côté pervers et causer bien du tort au personnage principal.

Les prémices

La première scène s’ouvre sur un jeune adulte à peine sorti de l’adolescence et déjà prêt à tout pour se faire connaître. Il n’hésitera pas à se livrer sur son premier chagrin d’amour et des abus qui ont suivi dans Histoire d’A, il se prêtera au jeu de la séduction (et de l’humiliation) dans Next et ira même jusqu’à partager ses photos dénudées et ses streap-tease dans des boîtes gays avec l’émission Tellement Vrai. Dans chacune de ces prestations, Jéremy reproduit le même schéma : il cherche à marquer les esprits, provoque et avoue d’ailleurs chercher la critique. Dans Histoire d’A, il expliquera souhaiter la mort de son ex compagnon, dans Next il se présentera comme quelqu’un “de très intéressé” et dans Tellement Vrai il parlera de son besoin d’attirer l’attention … et les polémiques.

“J’ai toujours pensé que quand on avait du talent on y arrivait pas, ce qui marche aujourd’hui c’est quand on n’a pas de talent : le buzz.” – Jeremy Gisclon dans Tellement Vrai

À seulement 24 ans, Jeremstar devient le personnage médiatique et polémique qu’il rêvait d’être. Il apparaît nu sur les plateaux, fait parler de lui dans le milieu de la téléréalité et gagne, selon ses dires, entre 4 000€ et 5 000€ par mois. Quelques années plus tard, plusieurs outils qui lui permettront de faire exploser sa notoriété apparaissent : les réseaux sociaux. Désormais, plus rien ne peut empêcher Jeremstar de faire parler de lui. En plus des articles “scoop” sur son blog, il dévoile sa vie privée sur snapchat. Lui qui méprise la téléréalité met en scène son quotidien et les personnages qui en font partie.  Il créera un monde rempli de personnages aux surnoms dignes d’un dessin animé pour enfant : Babybel, Babar, Bob l’éponge, Pupute, Polux, Ogur… Un concept qui enthousiasme un grand nombre d’adolescents qui formeront sur twitter une communauté de plus de 2 millions d’abonnés : “les Jeremstarlettes”.

Fin de la première partie.

L’élément perturbateur de ce récit a lieu le 17 janvier 2018. Trois jours auparavant, Jeremstar a le malheur de reprendre un scoop et de ne pas en citer la source. Il devra alors faire face au déchaînement de haine d’un garçon de 19 ans qui, lui aussi, se met en scène dans des vidéos et s’adresse au public de la téléréalité.

Celui qui se surnomme “Aquababe” fait deux choses. Dans un premier temps, Aquababe publie une vidéo intime de celui qui est désormais chroniqueur des Terriens du Dimanche. Il s’agirait d’une vidéo d’abord postée sur un site pornographique et retrouvée par le snapchatteur vengeur. Ensuite, le jeune homme déclenche un véritable tsunami en publiant des enregistrements vocaux et témoignages de mineurs décrivant l’insistance avec laquelle “Babybel” leur aurait fait des avances. Il aurait même été jusqu’à demander des faveurs sexuelles en échange d’une rencontre avec Jeremstar. La communauté Twitter qui, jusqu’alors, défendait le chroniqueur bec et ongle, commence à se fissurer. D’un côté, les inébranlables défendent leur star envers et contre tout et, de l’autre, il y a ceux qui font volte face et qui commencent à dégainer le #Jeremstargate et #BalanceTonBabybel.

Mais pourquoi Jeremstargate ? Après tout, aucun de ces faits ne sont imputés à Jérémy Gisclon… Oui, mais : Jeremstar se présente depuis des années comme la personne au courant de toutes les histoires, les clash, les coucheries des participants de téléréalité et prétend ici ne rien savoir. Difficile à croire … Et dans l’optique où il savait, comment accepter sa façon de présenter ce personnage douteux aux très jeunes membres de sa communauté… qui plus est, comble de l’ironie, en l’appelant du nom d’un fromage fait pour plaire aux enfants ?

Les rumeurs s’emballent au cours de la soirée et, très vite, les deux hashtags se placent en top tweet France (ce qui en fait les deux sujets les plus abordés sur Twitter, en France, à ce moment là). Jéremy Gisclon sera presque aussitôt suspendu des Terriens du Dimanche. En une soirée, Jeremstar  passe du statut d’intouchable à celui de paria sur Twitter. En une nuit, les réseaux sociaux lui ont repris tout ce qu’ils lui avait donné.

Fin de la deuxième partie.

Dès le lendemain de l’affaire, Jeremstar disparaît de la circulation. Il ne s’exprimera que deux fois par l’intermédiaire de communiqués. Le 17 Janvier, il se dit “profondément bouleversé” et “abasourdi”. Il assure qu’il ne cherche qu’à protéger sa communauté qu’il admet fragile en l’éloignant “de la cruelle réalité du monde des adultes par le biais du rire”. Le 23 Janvier, Annoir, ne rie pas : il porte plainte pour viol sur mineur contre Pascal Cordonna. Jeremstar publie alors un second communiqué où il explique se “désolidariser” de son ami, répète tout ignorer et conclut : “J’aimerais dire une bonne fois pour toutes que le JeremstarGate n’existe pas. Le CardonnaGate existe. Aucun doute n’est possible à ce sujet désormais, mais c’est à la justice de se prononcer”.

Dans le même temps, de nombreuses vidéos sont produites à l’encontre du personnage public et de ses fréquentations. De nombreux personnages de la téléréalité commentent l’affaire, certains violemment. D’anciennes vidéos refont surface et cherchent à prouver que Jéremy savait. Dans l’une d’elles, on voit le jeune homme accompagné de Pascal Cordonna et de deux autres personnes dont “l’invité de Babybel” … qui n’est autre qu’ un adolescent de 15 ans. Derrière son téléphone, Jéremy ne manque pas de plaisanter sur l’âge du jeune garçon et dit avoir l’impression d’être “dans un centre aéré”.

Même les personnages de son univers finissent par s’exprimer. Laurent le chauffeur, ou “Pupute” pour les abonnés de Jeremstar, rapportera l’étrange consigne qui lui a été donnée : ne jamais voir Babybel sans lui. Dans un post sur son blog, il parle également d’un autre personnage, un certain “Babar” : “J’ai vite compris qu’il y avait deux sujets à éviter : parler de la vie privée de Babybel ou de celle de Babar » . Il raconte une de ses conversation avec Jéremy à propos de Pascal Cordonna : “Babybel est super chiant en ce moment. Il boit beaucoup de rosé et quand il a bu il raconte des choses, il raconte n’importe quoi et je préfère être là pour le gérer” lui avait expliqué le chroniqueur.  Après Pupute, c’est au tour de Bob l’éponge, l’ex caméraman, de faire part de ses anecdotes. Jeremstar lui aurait avoué que le dénommé Babar fait “des soirées avec des mineurs”.

Le 2 février, finit les « on-dit », place au concret : la justice s’empare de l’affaire. Le procureur de la République de Nîmes confirme avoir reçu plusieurs plaintes et qu’une enquête est un cours.

Fin de la troisième partie.

Après avoir atteint son paroxysme, l’affaire se calme avec l’apparition de nouveaux éléments. D’une part, Pascal Cordonna accorde plusieurs interviews dans les médias parlant de l’enfer que lui faisait vivre cette situation en ligne et au quotidien. Ensuite, le public apprend qu’Annoir et un autre jeune homme auraient retiré leur plainte. Annoir explique, en live sur snapchat, avoir été poussé à témoigner. C’est le paparazzi Jean-Claude Elfassi qui serait derrière les plaintes et aurait offert le service de ses avocats aux deux jeunes hommes. Quel rôle a joué ce personnage ? Cette affaire était-elle montée de toute pièce ou les victimes se sont-elles ravisées après avoir reçu des pressions ? 

Le dénouement de cette histoire reste donc à venir. L’épilogue se trouvera-t-il dans le procès qui signera la fin de la carrière de Jeremstar et la déchéance de Jérémy, qui verra ses proches se détourner de lui un à un ? Après un calme plat de plus d’un mois, une amie de Jeremstar a annoncé son retour… L’absence de procès et le retour triomphant de ce pur produit de la télé et des réseaux sociaux conclueront-ils d’une note douce-amère une fable sans morale ?

Marine Dessaux.

Crédit image à la Une : Thesupermat .