Tomb Raider : le « reboot » qui rebooste !

Sorti le 14 mars 2018, le « reboot »* de Tomb Raider donne un nouveau souffle à la franchise et aux adaptations de jeux vidéos en général. Quinze ans après Angelina Jolie, l’actrice oscarisée, Alicia Vikander, revient aux origines de la célèbre aventurière de Square Enix, pour un personnage plus ordinaire.

 

Il est difficile de comparer la Lara Croft d’Angelina Jolie à celle d’Alicia Vikander, aussi bien dans les jeux vidéos distincts que dans l’apparence physique. En effet, souvent accusée de sexisme, la première version de Lara Croft mettait en avant une bimbo sans peur et sans reproche, à forte poitrine, formée aux arts martiaux et dotée de gadgets aussi « badass » qu’elle. Par conséquent, une héroïne à l’image de films d’action américain de l’époque, devenus « clichés », pour nous. Mais voilà, les années passent et l’image de la femme évolue, tout comme celle de Lara.

Une Lara plus humaine

Sans titre 1.jpg
Un des internautes, critiquant la nouvelle apparence physique de Lara Croft / Tweet de Brice_Bol

Alicia Vikander incarne une aventurière plus jeune, donc plus sensible et moins sexualisée. Une poitrine moins fournie mais un passé beaucoup plus volumineux. Ce qui n’est pas du goût de certains internautes espérant revoir des formes aussi généreuses, que dans les jeux. Une jeune femme de 21 ans, coursière à vélo, refusant d’hériter de la fortune de son père, avec l’espoir de le revoir un jour. Même si elle pratique la boxe pour se défendre, Lara n’est pas encore la guerrière en débardeur que l’on connaît. Au contraire, le film se divise en deux parties avec un personnage ordinaire devenant par la suite, une héroïne extraordinaire, à la recherche de son père. Insouciante et vulnérable, Lara panse ses plaies et sèche ses larmes pour prendre son courage à deux mains. Cette fois-ci pas d’arme à feu mais un arc, un couteau et des piolets comme le préconise le reboot du jeu : Tomb Raider (2013).

Un rendu fidèle

tomb-raider-2018-film-890x606.jpg
Lara Croft aura besoin de son arc pour se sortir de l’embarras / Capture du film Tomb Raider (2018)

C’est justement ces éléments qui nous replongent dans le reboot de 2013. De par certaines scènes d’action, le film offre visuellement une madeleine de Proust pour tous les fans du jeu. Certains plans du naufrage de Lara sur l’île du Yamatai, en sont un bel exemple. Mais la scène la plus frappante reste celle de l’avion. Dans cette scène, l’héroïne entraînée par le courant d’une rivière, se retrouve dans les débris d’un avion, où le moindre mouvement peut entraîner sa chute. Dans une interview du 14 mars pour le site d’infodivertissement Melty, Alicia Vikander évoque les conditions de tournage. « Pour tourner cette scène, j’ai dû passer beaucoup de temps dans l’eau […] D’habitude les gens y vont avec des combinaisons pour ne pas avoir trop froid, mais pas moi et j’ai du faire au moins 25 prises avec les mains liées dans une eau à 11 degrés« , déclare-t-elle.

Vers des jeux vidéos enfin adaptables ?

Et si c’était possible ? Et si le film de Roar Uthaug nous montrait un peu plus que le cinéma et les jeux vidéos ne sont pas incompatibles. Il faut dire que les premières fois où des réalisateurs ont tenté de réaliser le fantasme de certains gamers, le résultat n’était pas concluant. Certaines adaptations, mériteraient vraiment qu’on les oublie. Street Fighter, Super Mario Bros., et plus récemment Assassin’s Creed. Pour la plupart des cas, la critique n’a jamais épargné ces longs-métrages et cela même, quand il furent salués par les fans. C’est notamment le cas de Lara Croft : Tomb Raider, en 2001. Deux ans auparavant, Warcraft : Le Commencement, adapté du célèbre jeu en ligne sur PC, devenait le plus gros succès de l’histoire pour une adaptation sur grand écran d’un jeu vidéo, avec 443 millions de dollars de recette dans le monde. Malheureusement, il n’a pas non plus été épargné par la critique, malgré des fans satisfaits. Il en est de même pour Dofus, Livre 1 : Julith, sorti la même année.

Sans être unanime, la presse française en général, a salué le reboot des aventures de notre Indiana Jones au féminin. Dès sa sortie, le film sa fait sa place dans l’hexagone avec 667 523 entrées dès la première semaine et cumule aujourd’hui presque un million d’entrées. De quoi rêver d’une suite ? Pour rappel, l’ex-femme de Brad Pitt a revêtu son débardeur en 2003 pour une suite, Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie. Si l’on suit cette idée, l’actrice oscarisée pour The Danish Girl, n’aura d’autre choix que den maintenir ses 10 kg de muscles !

 

*Appelé également « remake », une nouvelle version d’un film ou jeu vidéo, en revenant aux bases.

Charlie Creteur