Il était une fois… la dictée du dimanche

Depuis plusieurs années, à Hem (près de Roubaix), l’association Le Tremplin et l’AJTF (Association des Jeunes des Trois Fermes) organise « J’aime la dictée ». Cette manifestation sociale et familiale conjugue le sérieux d’une dictée ordinaire et des animations diverses. La dernière édition a eu lieu ce dimanche 18 mars. Reportage.

 

Dictée
« J’aime la dictée » au service de l’intergénérationnel. Source : Mostefa MOSTEFAOUI 

 

Il est 14h. Sans attendre, nous entrons dans la salle culturelle Henri Dunant située à Hem. Les enfants s’amusent entre eux. Les adultes et personnes âgées s’installent et préparent minutieusement leur matériel pour la dictée : paire de lunettes, stylo, copie numérotée… Si on participe à une dictée un dimanche après-midi, autant le faire dans de bonnes conditions. Entre deux portes, Karim Yessad, professeur des écoles et président de l’AJTF nous accueille rapidement. Sur la scène, en hauteur, le conteur de la dictée muni de ses affaires personnelles déposées prend connaissance avant tout le monde de la dictée, version 2018. Les hostilités peuvent commencer !

Dictée + Dimanche = équation impossible ?

Le bruit des conversations laissent place au silence. Les têtes s’abaissent. Stylo à la main, les participants écrivent assidument. « Ramener des gens du quartier autour d’une dictée, le dimanche après-midi  n’était pas une chose évidente. On nous a dit que cela ne fonctionnerait pas. Malgré cela, enfants et parents participent à cet évènement depuis plusieurs années même si ces derniers possèdent des difficultés« , détaille l’instituteur primaire. Chaque année, environ 150 Hémois jouent le jeu. Si la réussite de cette mobilisation peut se quantifier en chiffre, elle se symbole par l’ambiance chaleureuse dans la salle Mail Dunant. Du sérieux, certes. De l’amusement, également, pour les petits et les grands.

« Si vous êtes mauvais en orthographe, cela sera un handicap à l’avenir.«  

A l’heure de la dixième édition, l’événement a-t ‘il été utile dans le quartier Longchamps-Hauts Champs inclus dans le dispositif de zone d’éducation prioritaire (Z.E.P) ?  « On constate une augmentation constante d’année en année. Le jour où l’on verra une décroissance, on se posera des questions« , répond Francis Wiefart, président du Tremplin.  Reconnaissance qualitative si l’on en croit Karim Yessad. « Il y a un retour positif », détaille-il. 

Un événement de partage pour tirer vers le haut la population des quartiers populaires. « Si vous êtes mauvais en orthographe, cela sera un handicap pour vous. Quand j’étais plus jeune, j’avais des dictées régulièrement. Chose qui n’existe plus aujourd’hui. Malheureusement, cela malmène les élèves.« , constate de manière réaliste le représentant de l’association d’accompagnement scolaire.

Au final, l’édition 2018 de « J’aime la dictée » aura réuni entre 130 et 150 personnes. Un plébiscite. Les heureux gagnants sont repartis avec de précieux lots. Il est 16h30. Après le sérieux, le spectacle et la bonne humeur, les portes de la salle Henri Dunant se referment derrière nous.

Mostefa MOSTEFAOUI