Envie de flinguer des zombies ? Bienvenue dans la réalité virtuelle à Lomme !

Depuis quelques années, on assiste à un phénomène autour de la réalité virtuelle (VR). Grâce à des casques, il est possible de voyager à travers le monde, de découvrir des musées et même de plonger dans l’aventure d’un jeu vidéo. Preuve du succès, à Lomme, un « Virtual Games Park » a été créé. Des sociétés se sont mêmes spécialisées dans la VR.

La réalité virtuelle appelée VR existe depuis les années 90 mais ces dernières années, elle s’est développée à vitesse grand V. Avec des casques ou des capteurs de mouvements, la VR nous plonge dans un univers 3D,  dans un tout autre monde.

Le 21 avril dernier, le « Planet Bowling » de Lomme a décidé à l’occasion de leur 20 ans de créer « une activité un peu plus innovante » déclare Justine Rohart, gérante du « Planet Bowling ». Cette nouvelle activité c’est le « Virtual Games Park ». Le concept est simple, il y a « entre 1 et 6 joueurs qui évoluent dans une grande salle vide de 200 m², avec un équipement complet : un ordinateur sur le dos, un casque de réalité virtuelle et une arme. Ils doivent tuer des zombies dans un vaisseau spatial pendant environ 15 minutes. Ils sont tous en équipement de soldat, ils se voient dans le jeu, ils parlent et communiquent entre eux et doivent survivre jusque l’arrivée des renforts quelques minutes après » explique Justine Rohart, également gérante du « Virtual Games Park » situé à l’intérieur du « Planet Bowling ».

Tout l’intérêt de cette activité repose sur « une technologie complètement inédite puisqu’en général, les salles de réalité virtuelle sont plutôt composées de box dans lesquels on est rattaché à un ordinateur via un câble et donc on peut bouger d’un 1 ou 2 mètres maximum. Mais là on est en liberté totale de mouvements, les gens courent pour éviter les zombies ou pour aller chercher des munitions. On a une vraie expérience physique également » affirme la gérante du « Virtual Games Park ».

Certaines sociétés se spécialisent dans la VR. C’est le cas de « Clap & Zap Production », situé à Tourcoing, qui développe une expertise dans le domaine de la VR. L’entreprise a même reçu plusieurs récompenses pour leurs réalisations. Toujours en quête de nouveauté, la société développe actuellement un projet de karaoké en réalité virtuelle « Sing Inside VR ».

Vers une démocratisation de la VR ?

On peut parler de succès pour la VR. En quelques mois, le « Virtual Games Park » est une réussite. « Les clients reviennent car on a plusieurs niveaux. On a 7 niveaux de difficultés pour un jeu de zombie et du coup cela permet vraiment aux gens de venir tester une première fois en mode découverte et puis de revenir tenter l’expérience. D’autant qu’à chaque fois, ils ont la possibilité d’avoir leur score et leur classement par rapport aux autres joueurs. Donc l’esprit de compétition fait qu’ils reviennent s’améliorer et puis ils prennent toujours autant de plaisir, donc pour nous c’est mission accomplie » confirme Justine Rohart.

D’ailleurs, preuve de ce succès, Justine Rohart confirme qu’il y aura d’autres projets autour de la VR. « Avec cette technologie, on va avoir d’autres jeux et puis on pense éventuellement à agrandir notre salle pour accueillir un plus grand nombre de joueurs. On pourrait donc doubler notre surface de jeu. Je pense qu’ici, au « Planet Bowling », on a déjà un beau potentiel à développer. » Lors des vacances de la Toussaint, le « Virtual Games Park » va créer d’autres jeux. Il y aura un jeu de laser virtuel et un jeu dans un univers plus médiéval en plus du jeu actuel avec les zombies.

Cet engouement pour la VR peut s’expliquer par le fait qu’on entre en immersion totale dans un autre monde. « Le fait d’être complètement déconnecté de la réalité pendant quelques minutes plaît beaucoup. Ne plus penser à rien, aux soucis, aux problèmes physiques, à notre journée qui vient de se dérouler, c’est vraiment une parenthèse dans un espace-temps » affirme la gérante du « Planet Bowling » à Lomme. « Les gens avec qui on joue se transforment derrière une armure de soldat donc il n’y a pas de tension » ajoute-t-elle.

La VR peut être l’avenir du jeu mais pas seulement, comme l’estime Justine Rohart : « Je pense que la VR peut être l’avenir des ventes automobiles, peut remplacer des agents immobiliers, peut se développer dans plein de secteurs d’activité. L’avantage de la réalité virtuelle c’est qu’elle permet de s’adapter à tout. Demain on pourrait très bien visiter des maisons avec un casque de réalité virtuelle ou visiter des châteaux… Cela pourrait être adapté dans tous les secteurs d’activité. »

Les activités autour de la VR devraient s’accroître dans le Nord. Pour le président de la société « Clap & Zap Production », Charles-Henri Marraud des Grottes, c’est « une évidence, mais il va falloir voir sous quelle forme. Je pense que des sociétés comme Decathlon, qui s’intéressent un peu à la VR va s’y mettre. »

De manière générale, la VR se développe rapidement dans le monde. Et malgré un début de succès dans le Nord, cela est loin d’être acquis. Plusieurs facteurs peuvent rentrer en compte comme le financement mais aussi le fait qu’« il  faut quand même de la place car les équipements demandent pas mal de caractéristiques techniques » déclare Justine Rohart. Autre problème au développement de la VR, c’est qu’il est difficile de « convaincre les boîtes de communication alors que ça fonctionne très bien à Paris et ailleurs » estime Charles-Henri Marraud des Grottes, président de la société « Clap & Zap Production ». Le problème est aussi d’ordre économique : « il y a un doute au niveau français sur la VR, il y a très peu d’investisseurs en France, donc mettre de l’argent sur la VR aujourd’hui c’est non et c’est dommage car plein de boîtes partent ou sont rachetées par les États-Unis. » Il ajoute également que le souci dans le Nord est qu’on « manque d’évangélisation, c’est-à-dire parler de la réalité virtuelle au plus grand nombre, montrer que la réalité virtuelle n’est pas que du gaming ou du cinéma mais c’est également un grand pan au niveau de l’éducation et surtout dans la santé. Ce sont des choses qu’on essaie de faire comprendre. »

Cela dit, des solutions pour populariser la VR dans le Nord existent. Pour Charles-Henri Marraud des Grottes, il faut que « le sujet intéresse et pour cela, il faut que les politiques proches en région puissent également faire écho. » La région tente de démocratiser la VR même si cela reste difficile. « La région Haut-de-France a très vite compris les enjeux de la VR, permettant à pas mal de start-up établies en Haut-de-France d’obtenir des subventions. Le problème c’est que les subventions à destination de la réalité virtuelle sont toujours très compliquées à avoir et sont toujours données à des sociétés qui ont déjà pignon sur rue, c’est toute la problématique. Aujourd’hui, pour que la VR soit plus acceptée, il faut communiquer et subventionner » affirme le président de la société de « Clap & Zap Production ». Il ajoute également que « la Région fait en sorte de placer ses start-ups dans les grands salons. Ce qui permet à la VR de s’émanciper. »

Globalement, Charles-Henri Marraud des Grottes estime que la VR est en avance dans le Nord mais qu’il y a encore beaucoup à faire au niveau de la communication et des subventions.

Des risques pour la santé ?

La VR n’est pas accessible à tous. Pour jouer au « Virtual Games Park », il faut avoir 13 ans minimum car avant cet âge-là « les yeux ne sont pas suffisamment développés pour cette expérience » explique Justine Rohart. En revanche, pour ce jeu de réalité virtuelle, le public est très large : « Majoritairement, c’est une cible entre 17 et 35/40 ans aussi bien des hommes que des femmes d’ailleurs, des couples ou des groupes d’amis, des geeks ou des gens qui n’ont jamais joué aux jeux vidéo. »

Si vous êtes sujet aux maux de tête ou autre, pas d’inquiétude pour jouer au « Virtual Games Park ». Pour la simple et bonne raison qu’ «on évolue en même temps que le personnage. Donc si vous voulez entrer dans le jeu, lorsque vous allez faire 1 mètre vers la gauche, dans la réalité votre corps va également faire 1 mètre vers la gauche. De ce fait le message envoyé à votre cerveau est le même. Alors que dans d’autres expériences de réalité virtuelle, il peut y avoir des sensations de maux de tête ou de vertiges, c’est que le corps et l’esprit font des choses différentes donc on n’envoie pas le même message à notre esprit » raconte la gérante du « Planet Bowling » et du « Virtual Games Park ». En revanche, pour les personnes cardiaques ou épileptiques, l’activité n’est pas forcément recommandée.

VirtualGamesPArk
Les joueurs entrent dans la peau de leur avatar au « Virtual Games Park ». Ils sont libres de leurs mouvements. © Youtube

Pour Charles-Henri Marraud des Grottes de « Clap & Zap Production », contrairement aux idées reçues, la VR n’est pas un danger pour la santé : « quand on vous dit que la réalité virtuelle n’est pas bonne pour les yeux ou pour votre mental, je vous ramène simplement au début de Nintendo quand on disait que ça déclenchait systématiquement des crises d’épilepsie. On a toujours un lobbysme de chercheurs, psychologues ou autres qui vont se permettre de dire des choses avant même d’avoir essayé. C’est fou ! Aujourd’hui, on guérit même des phobies du vertige avec la VR. »

La VR n’est donc pas simplement un divertissement, on peut parler de nouveau média. Depuis des années, elle n’a cessé de progresser et cela devient une révolution technologique qui pourrait s’accroître d’ici très peu de temps. La réalité virtuelle commence à faire son bonhomme de chemin dans le monde et notamment dans le Nord.

 

Valentin Delepaul

 

Infos pratiques :
Adresse : Z.A du Grand But, Lomme
Téléphone : 03.20.08.10.56
Ouvert : tous les jours sauf le lundi hors vacances scolaires
Tarif : 12€ à 15€ par personne, jusqu’à 6 personnes par partie
A partir de 13 ans 

Infos supplémentaires et réservations : https://www.planetbowling.com/se-divertir/realite-virtuelle/