L’âme de Serge Gainsbourg a résonné au théâtre de Calais

Jane Birkin s’est produite mercredi dernier au théâtre de Calais dans le cadre de sa tournée « Birkin Gainsbourg symphonique » avec l’aide de l’orchestre symphonique de la ville. Ce concert est le bouquet final de l’exposition « Jane & Serge » présentée au musée des Beaux-Arts et qui a fermé ses portes dernièrement. Rencontre. 

Jane_Birkin_With_Heritage_Orchestra_-_Barbican_Centre_-_Tuesday_26th_September_2017_JaneBirkinBarbican-5_(37361284072).jpg
Une standing ovation a été faite pour la chanteuse à la fin du concert.© Raph_PH

Presse 360 : Quel est votre ressenti après votre concert de hier soir ?                                                      

Jane Birkin : « C’était très émotionnel. Le public était vraiment à la hauteur, même au-delà. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais une grande sensibilité à Calais depuis toujours. Depuis le ferry boat, depuis les voyages avec Gainsbourg, de France en Angleterre. Et puis, je suis venue pour l’exposition « Jane & Serge » faite par mon frère et c’est Calais qui a eu l’idée parce qu’aucune autre ville du monde n’a pensé à ça. Donc c’est vraiment une ville qui m’a beaucoup donné. Et hier soir, j’avais tellement peur que ma voix ne porte pas. Je suis sous cortisone parce que j’ai une bronchite, comme tout le monde. (Rires). Je voulais vraiment que cela soit un pur bonheur pour le public, avec des musiques qui ont de notes très hautes et fortes en tonalité. Et c’était une merveille. L’orchestre était très jeune, c’était très stimulant. On sentait leur tract devant leur public, mais surtout pour jouer des partitions aussi magnifiquement écrites par le Japonais Nobuyuki Nakajima, qui était avec nous au piano. Mon but est d’être dans la continuité de l’histoire de Serge Gainsbourg. Donc c’était une soirée très émotionnelle. « 

Et comment qualifieriez-vous le public calaisien ? 

J.B. « Justement, il était très rafraîchissant. Parfois, vous savez, dans les théâtres à l’italienne, qui sont d’une incroyable beauté, les gens n’osent pas intervenir. Là, j’étais enchantée de les entendre dans certains morceaux qu’ils reconnaissaient. Cela avait un charme fou et cela a enlevé mon tract. Et le fait que le public participe m’a montré  leur merveillosité. J’étais heureuse d’être avec eux, sincèrement. »

Thibaud Duquenne