Alexis Wesolowski : « Ce que j’ai toujours voulu faire c’est prendre un morceau de papier, dessiner ou écrire »

Alexis Wesolowski est un artiste passionné par l’art depuis l’enfance. Fils d’un peintre, il a passé trois ans à l’école d’art de Tourcoing. Il expose régulièrement son travail dans la région. Ses œuvres sont souvent en noir et blanc.

Alexis Wesolowski pratique plusieurs arts : la peinture, le dessin, l’écriture ou encore la gravure. « Ce que j’ai toujours voulu faire c’est prendre un morceau de papier, de dessiner ou écrire. J’ai toujours eu ce rapport aux livres et à l’écriture. »

Une histoire de famille

L’art pour Alexis est une histoire de famille. Son père était imprimeur et peintre. Sa mère était plutôt littéraire et sa sœur est plasticienne en Allemagne. « Il n’y a pas eu vraiment de transmission de savoir. Mais, on a tous choisi un parcours en lien avec les arts, la littérature et la culture. C’est une histoire familiale sur trois générations. »

« C’est une possibilité de pouvoir sortir de (son) quotidien et d’avoir un espace de folie. »

Alexis Wesolowski, à propos de sa passion pour l’art.

D’un ton timide et calme, Alexis exprime sa passion pour l’art. C’est une « possibilité de pouvoir sortir de (son) quotidien et d’avoir un espace de folie. » Par rapport à ses œuvres, ce grand brun longiligne explique qu’il « fait beaucoup de noir et blanc. » Certains reprochent à ses œuvres d’être sombres et tristes : « La gravure ça peut toujours avoir quelque chose d’assez austère. » Il ne vit pas financièrement de cette passion. Il affirme : « je n’ai jamais cherché à mener une carrière. »

img_20181014_142704
Exemples d’œuvres d’Alexis Wesolowski. Les peintures sont souvent en noir et blanc. ©Valentin Delepaul

Lors de ses études à Tourcoing en école d’art, il va rencontrer Alexis Trousset, son professeur de gravure. Il qualifie cette rencontre comme « déterminante autant pour (son) travail de plastique que pour (son) travail d’écriture. »

Issu de la classe moyenne, Alexis Wesolowski trouve cela génial que « quelqu’un comme (lui) peut tout d’un coup manipuler des matériaux raffinés et d’avoir accès à toute cette richesse : histoire de l’art, technique, culture et d’en faire un monde très personnel. »

Pour cette nouvelle année 2019, Alexis ne manque pas de projets. Il souhaite monter « sa propre entreprise. Je voudrais récupérer des objets et leur donner une seconde vie, faire de la récupération du bois, du métal. Le but serait de redonner vie à chaque objet en prenant du temps. » 

Toujours dans l’art, il a un dessein grand format à terminer. Il désire « publier de nouveaux textes et donc se remettre à l’écriture pour cette année. »

Valentin Delepaul