Constant Lestienne : histoire d’un joueur pas comme les autres

Un nouveau nom a rejoint les 150 meilleurs joueurs de tennis de la planète début janvier. Il s’agit de Constant Lestienne. L’Amiénois de 26 ans a mis du temps, la faute à un parcours peu banal (euphémisme). Récit.

Il y a une dizaine d’années, Constant Lestienne était l’un des plus grands espoirs français de sa génération. A le voir rentrer dans les 150 meilleurs mondiaux après tout ce temps, il y a de quoi évoquer un espoir gâché. A tort. Son histoire est si particulière. Revenons dix années en arrière.

La transition entre le monde junior et le vrai circuit est sur le point de se réaliser. Mais elle va se briser. Le Picard est victime d’une sale blessure à la hanche, qui va l’écarter des terrains pendant plus d’un an et demi, au moment le plus important de sa vie. Pendant ce laps de temps, il croit à plusieurs reprises pouvoir rejouer. Sans succès. Sa hanche joue les montagnes russes pendant que son moral fait le yo-yo. Mais l’Amiénois n’a plus envie de subir. Il se lance dans des études de management en mettant ses rêves de côté.

Constant Lestienne au deuxième tour de l’ATP de Metz – 2018

« Reprise »

Durant la deuxième partie de l’année 2012, sa hanche le laisse enfin tranquille. Sans mettre de côté les études qu’il avait commencées, il a foncé. Étonnamment, il affiche à cette époque une double-priorité paradoxale : finir ses études et intégrer le top 100 mondial. Pourtant, il termine l’année en 1383ème position, et personne ne le prend au sérieux.

De 2013 à 2016, Constant, toujours conscient de l’aisance qui habite son bras et sa raquette, se lance à l’assaut du circuit. Dans le tennis, il faut commencer bas, galérer dans les tournois « futurs ». Atteindre un classement convenable pour rentrer dans les tournois « Challengers », plus grands, plus gratifiants, plus payants. C’est ce qu’il fera, essayant de trouver de la constance, essayant de calmer un comportement qui lui fait trop souvent défaut, essayant de slalomer entre les blessures. Il y parvient, atteignant la 289ème place mondiale à la fin de l’année 2015. « Je suis passé par les futurs, par les petits tournois, j’ai gravi les échelons. J’ai eu aussi des blessures… J’avais le niveau de jeu ». Mais si l’histoire s’arrêtait là, pourquoi employer le mot « euphémisme » son sujet ?

Roland-Garros : le rêve brisé

Constant Lestienne continue sa percée au classement. En ce début d’année 2016, il enchaîne les bons résultats et grimpe à la 205ème place mondiale. A quelques jours de Roland-Garros, il peut rêver à une invitation. Le rêve devient réalité. Puis la réalité devient un cauchemar. La veille du début du tournoi, la direction lui enlève sa « Wild-Card » (invitation), évoquant une enquête ouverte par le TACP – Tennis Anti-Corruption Program. Constant Lestienne avait parié sur un match de tennis, la finale de Roland-Garros 2015, soldant son compte de pari sportif pour un montant de 2,90 euros. Des faits minimes, inconscients, mais des conséquences ahurissantes. Un premier tour de grand chelem, même perdu, lui aurait rapporté 30 000 euros. Une somme énorme pour un joueur qui tente de percer. Pire, le rêve de passer un tour, le rêve de faire un truc énorme, d’être la révélation. Le rêve de jouer un grand chelem. Tout cela s’écroule. Mais Constant Lestienne transforme cette déception en rage et enchaîne trois mois de bons résultats jusqu’en septembre. Un bras d’honneur à la direction du tennis français qui l’a trop souvent abandonné. Mais c’est à ce moment où il atteint son meilleur classement, 164ème mondial, qu’il apprend sa suspension pour sept mois.

Guy Forget retire la Wild Card de Constant Lestienne – TennisActuTV

Son retour est compliqué. En septembre 2017, il tombe même à la 450ème place mondiale. Mais il n’en est pas à son premier défi. L’année 2018 est réussie. Cela lui vaudra même d’être invité par Roger Federer à Dubaï pendant trois semaines. « Je me suis entraîné trois semaines avec Roger à Dubaï, c’était super. Il m’a donné quelques conseils sur mon jeu mais je préfère les garder pour moi ! » Conseils tout de suite payants. L’Amiénois signe une demi-finale début janvier et atteint son plus haut classement. « Je pourrais être mieux aujourd’hui mais je suis content d’avoir cassé le top 150. Je me sens capable de faire mieux. Ce n’est pas une finalité, c’est une étape. »

684px-Lestienne_RG18_(17)_(42260386104)[1]
Constant Lestienne – Roland Garros 2018 Crédits : WikiCommons

La nouvelle vie

Aujourd’hui, Constant Lestienne est donc un joueur installé sur le circuit ATP. Sa vie a changé, ses moyens avec. Il est conscient de la chance qu’il a maintenant, après tous ces sacrifices. « Le confort de vie, notamment sur les tournois, les récompenses ont bien changé. C‘est la première fois que je gagne bien ma vie, je fais des voyages sympas, j’adore ce que je fais… J’ai de la chance et c’est très agréable à vivre. » Il n’est pas du tout surpris, il connaissait ses capacités, mais il est heureux de surprendre les autres : « Je suis bien content d’être à ce niveau-là juste pour tous ces gens qui n’ont pas cru en moi ! » Toutes ces péripéties semblent inscrites dans sa barbe. Mais aucune n’a affecté son sourire et son optimisme. Cette saison est extrêmement prometteuse, et l’Amiénois affiche ses ambitions : « Mon objectif est d’avoir le classement pour rentrer dans le tableau de l’US Open en août, c’est-à-dire être dans le top 100 ». C’est son objectif depuis qu’il est enfant. Il le touche du doigt, maintenant.

Armand Lavenne