3 800 entreprises ont fermé boutique dans les Hauts-de-France en 2018

Malgré une tendance nationale et plusieurs années consécutives à la baisse, le nombre de défaillance d’entreprise a à nouveau augmenté de 1,3 % par rapport à 2017 dans notre région.

   Constat alarmant révélé par la dernière étude du FIBEN (Fichier bancaire des entreprises) : les Hauts-de-France restent la région la plus impactée par ce phénomène en France, avec 17 défaillances pour 1 000 entreprises. La majorité des procédures concerne aussi trois domaines d’activité bien distincts : le commerce de détail (dans 27 % des cas), le BTP (23 %) et l’hôtellerie-restauration (14 %). En tout, près de 9 600 emplois ont été menacés ou liquidés dans la région en 2018, d’après le rapport de la Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Lille. Des chiffres frappants aux vues des résultats encourageant à l’échelle nationale…

Pourquoi les Hauts-de-France sont ils plus touchés ?

   Guillaume Fournier, conseiller en financement d’entreprise à la CCI Grand Lille, explique ce retard par rapport à l’origine industrielle historique des activités du nord de la France. Pour lui, « ce sont des profils d’entreprises qui ont un peu plus de mal à s’adapter à leur environnement concurrentiel ou aux nouveaux marchés ». Elles ont un déficit de financement à leur création. C’est pourquoi ces entreprises ont souvent du mal à survivre ou à rentabiliser leur affaire, à cause du ratio, souvent négatif, entre leur chiffre d’affaire et leurs charges fixes et salariales à leurs débuts. 

   Autre aspect notable, les Très Petites Entreprises (TPE) sont les plus impactées, c’est à dire les entreprises de moins de 20 salariés. Les entreprises de 1 à 5 salariés concernent même 9 défaillances sur 10. M. Fournier soulignait la cohérence de ce chiffre, puisque ce type d’entreprise représente 90 % du tissu économique régional. 

2

Des disparités au sein de la région

   Il existe de fortes disparités à l’échelle régionale, principalement entre le Nord-Pas-de-Calais (+ 2,7 % par rapport à 2017) et la Picardie (- 2,4 % en un an). Les zones d’emploi de Valenciennes-Douai et de Saint Quentin (21 pour 1000) sont les plus touchées, contrairement au bassin de Beauvais et Péronne (10 pour 1000). Il y a donc une évolution différente selon les départements. Cette différence s’explique à nouveau par le schéma économique spécifique à chaque département des Hauts-de-France. 

Capture

   Mais pour rassurer les futurs chefs d’entreprise qui voudraient se lancer das l’aventure de l’entrepreneuriat, ces cinq dernières années, le nombre de défaillances a tout de même largement baissé sur l’ensemble du territoire. 

Victoire De Meulenaere

Mots Clés : Economie – Hauts-de-France – Région – Entrepreneuriat – Entreprise