À Paris, la diaspora algérienne manifeste contre le cinquième mandat de Bouteflika

Près de 6000 manifestants s’étaient réunis dimanche place de la République à Paris pour contester la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. L’occasion de se demander ce que les Français pensent de la situation en Algérie… Reportage.

Vert, rouge et blanc. Au fur et à mesure que l’on s’approchait de la Place de la République en ce dimanche après-midi, les drapeaux algériens affluaient massivement. Paris s’était donné rendez-vous pour protester contre la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, en partance pour un 5e mandat. Même pas 14h et on pouvait voir, au loin, plusieurs personnes brandir les couleurs de l’Algérie au sommet du Monument de la République. Tout un symbole.

IMG_5116
Le Monument de la République investie par les manifestants, le 03 mars 2019.                       Crédits photo : Mostefa Mostefaoui

Béret sur la tête, Aziz, venu avec sa femme et sa fille, ne pouvait pas rater cette scène : « j’étais déjà venu dimanche dernier. Nous vivons peut-être en France mais on est avec le peuple algérien. On demande à tout le gouvernement, à tout le système de partir. Le peuple aspire à un renouveau. » 

Tout au long de l’après-midi, la Place de la République se remplissait, à tel point qu’il était devenu impossible de se déplacer. Mohamed, jeune ingénieur à Paris, a préféré se mettre à l’écart. Il a des choses à dire sur son pays d’origine. « On est ici pour dire non au cinquième mandat, non au maintien de ce gouvernement. Ce que les Algériens demandent, c’est le départ de tous ceux qui les gouvernent depuis plus de 20 ans. Il faut désormais laisse la place à la nouvelle génération », insiste-il.

Du sang neuf. C’est aussi ce que souhaite Faysal, 30 ans. Bruxellois, il a déjà manifesté en Belgique la semaine dernière. Il était de passage dans la capitale français avec quelques amis de bonne humeur. Sur l’Algérie et Bouteflika, le Belge nuance son propos : « Bouteflika a fait beaucoup de choses pour l’Algérie mais désormais, il a perdu ses capacités physiques et morales. Cela résume tout, à mon sens. »

IMG_5144
La Place de la République commence à se remplir. Crédits photo : Mostefa Mostefaoui

Chansons raï, derboukas et klaxons. La diaspora algérienne sait faire la fête, même lorsque l’heure est grave de l’autre côté de la Méditerranée. Les Fennecs auraient gagné la Coupe du monde de football que l’atmosphère serait la même. Régulièrement, on pouvait entendre des applaudissements accélérés, fédérant instantanément la foule. Telle une vague de soutien directement destinée à Alger. Nadia est venue de la banlieue parisienne avec son mari. Elle se réjouit de cet élan pacifique et positif. « Je ressens une certaine détermination. Des gens qui ont envie de faire entendre leur voix. Tout se passe paisiblement sans le moindre débordement », exprime-t-elle.

A la fin de l’après-midi, le mouvement touche à sa fin. Les manifestants ramassent les déchets sur les lieux. Au même moment, la candidature d’Abdelaziz Bouteflika est officialisée. On sent, d’ores et déjà, une partie remise pour la semaine suivante.

Mostefa Mostefaoui