Allergie : attention au retour du pollen !

Un Français sur quatre serait concerné par l’allergie au pollen. Les premiers symptômes sont déjà apparus dans toute la France. Onze départements du sud ont été placés en vigilance très élevée. Les Hauts-de-France aussi ne sont pas épargnés par le pollen.

Suite au beau temps fin février, le pollen a fait son retour plus tôt que prévu !

La quantité de grains de pollen dans l’air est 5 fois plus élevée qu’en 2018. A quelques jours du printemps, le beau temps est revenu plus tôt cette année. Ces conditions climatiques ont un impact sur nous et les végétaux.

Cet impact sur les allergies est dû aux « conditions atmosphériques. Cela influence beaucoup la teneur de pollen dans l’atmosphère. Dans la mesure où il fait chaud et sec, les pollens peuvent parcourir des kilomètres. En revanche, la pluie plaque les pollens au sol donc cela diminue la quantité de pollen dans l’air » explique Éric Fromentin, allergologue à Lille.

Le risque d’allergie au pollen est actuellement de niveau moyen dans le Nord et le Pas-de-Calais selon l’alerte donnée par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Les activités extérieures comme faire du sport ou entretenir son jardin sont fortement déconseillées pour les allergiques aux pollens.

pollenimage
Gestes à adopter pour les allergiques. ©Ministère de la santé

Des solutions ?

Hugo, étudiant à Sciences Po Lille est allergique au pollen. « Plus je grandis et plus les symptômes sont violents. » Parmi les symptômes : nez qui coule ou qui se bouche, éternuements, démangeaisons, gêne au niveau des yeux, rougeurs au niveau des paupières, problème de respiration et « parfois une perte de l’odorat » ajoute le Dr Fromentin.

Des traitements existent comme une désensibilisation qui dure environ trois ans. « C’est assez long et les traitements pendant le printemps sont totalement inefficaces. Ça ne sert strictement à rien » nuance Hugo.

Pour l’allergologue, le traitement « permet de prévenir et de diminuer la sensibilité des gens aux allergies. Il ne faut jamais promettre une guérison définitive mais une claire amélioration des symptômes et parfois une amélioration vraiment très durable. »

Le réchauffement climatique en cause ?

Le réchauffement climatique favorise les allergies. La pollution les aggrave aussi et agit sur le pollen. Les allergies vont s’empirer d’année en année, « on est aux alentours de 25/30 % d’allergie dans la population générale. On estime qu’au vu de la population, les courbes devraient atteindre 50 % d’ici 2050 » raconte Éric Fromentin.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, on estime que la pollution de l’air est responsable de 1,3 millions de décès chaque année.

Valentin Delepaul