4 – À la découverte de notre patrimoine : les hospices lillois

   Après avoir découvert les palais, les églises et les hôtels particuliers, cette série consacrée au patrimoine lillois se termine avec les hospices. Moins nombreux à Lille que les lieux présentés précédemment, ils n’en suscitent pourtant pas moins d’intérêt.

   Des hospices, on en compte seulement trois à Lille. Mais de quoi s’agit-il ? Cet établissement servait à recevoir et aider les « assistés », soit les les miséreux, les personnes âgés, les malades ou les isolés. Ils étaient, à l’origine, tenus par un moine au sein d’un monastère. Au Moyen-Âge, certains d’entre-eux se sont spécialisés autour d’une catégorie de personnes. Au XXème siècle, les hospices étaient surtout dédiés aux personnes âgées. Cependant, ces lieux étaient la cible de certaines critiques qui mettaient en cause la mise à l’écart de ces personnes âgées, en dehors de la société.

L’hospice Gantois

    Cet établissement est situé rue Pierre Mauroy. Il a été fondé en 1462 par Jean de La Cambe, également appelé Le Gantois, qui était échevin de Lille. L’hospice avait pour but de venir en aide à treize vieillards indigents. Entre le XVIIIème et le XXème siècle, le lieu s’est progressivement transformé en hôpital. Classé monuments historiques en 1923 puis 1967, il est resté en activité jusqu’en 1995. Depuis 2003, on y trouve un hôtel de luxe: L’Hermitage Gantois.

IMG_9865
Devanture de l’ancien hospice Gantois  ©RB

L’hospice général de Lille

    Situé Avenue du Peuple Belge, l’établissement date de 1738 sur autorisation de Louis XV. L’hospice avait pour vocation d’aider les enfants abandonnés, les invalides et les mendiants. Les travaux ont continué jusqu’en 1846. Au XXème siècle, il se tourne vers l’aide pour les personnes âgées. Pendant la Première guerre mondiale, des soldats français et britanniques y sont soignés. En 1915, il y avait environ 800 personnes. L’établissement a été inscrit aux monuments historiques en 1948. L’hospice a, ensuite, été utilisé comme maison de retraite jusqu’en 1988. Aujourd’hui, on y trouve l’Institut des administrations des entreprises de Lille.

800px-Lille_entree_hospice_general
Façade de l’ancien hospice général de Lille   ©RB

L’hospice Comtesse

   Il est sans aucun doute le plus célèbre des hospices lillois. Sa construction a été lancée par Jeanne, comtesse de Flandre, en 1237. On le trouve aujourd’hui rue de la Monnaie. Le lieu était réservé aux pauvres, aux pèlerins et aux passants. Mais, en 1468, un incendie a entièrement détruit l’édifice. En 1789, l’établissement se tourne vers le soutien aux orphelins et aux vieillards. Les bâtiments datant du XVème et XVIIème siècle ont été inscrits aux monuments historiques en 1923 et le reste en 1991. Actuellement, un musée occupe les locaux de l’hospice afin de faire découvrir la vie à Lille aux XVIIème et XVIIIème siècles.

IMG_9864
Entrée du musée de l’hospice Comtesse  ©RB

   Les hospices se distinguent des hôpitaux par leur spécialisation et leur aide envers certaines catégories de personnes. Pour autant, les deux types d’établissement sont aussi rares à Lille et ont eu une certaine importance dans l’histoire.

                                                                                                                     Rémy BRETON