Nuit du Campus créatif à la Catho : « Je ne suis pas ta mère mais je suis pas mal comme personne »

IMG_1810© Justine Carrère

A l’occasion de la nuit du Campus Créatif, cinquante-cinq numéros ont été présentés par deux cent artistes en herbe ainsi qu’une vingtaine d’artistes. C’’est le cas de l’atelier théâtre proposé par le Campus Créatif. La pièce de théâtre « Je ne suis pas ta mère, mais je suis pas mal comme personne »s’est déroulée au sein de l’amphithéâtre Aula Maximaà 21h.

Dix. C’est le nombre de semaines qu’il aura fallu aux comédiens en herbe pour réaliser leur première représentation ou du moins, leur seconde car en effet, la veille les comédiens ont joué pour la première fois devant un public très spécial : les mécènes.

IMG_1808.JPG©Justine Carrère

« C’est une compagnie de théâtre contemporain populaire »

Au cours de ces dix semaines, la Compagnie Maskantete a accompagné ces étudiants. Tous les lundi soir, l’atelier de théâtre avait lieu pendant deux heures. Comme le souligne Marie-Irène Coutteure, administratrice et pédagogue.  « C’est une compagnie de théâtre contemporain populaire. » L’atelier était dirigé par la metteure en scène Anne-Frédérique Bourget co-animé avec Marie-Irène Coutteure.

IMG_1803.JPG©Justine Carrère

 « Il n’y avait aucun critère de niveau »

 La pièce est composée de neuf acteurs, tous étudiants. La particularité de l’atelier : aucun critère de niveau. Selon Marie-Irène, « c’est avant tout un théâtre collectif. »
Cette pièce de théâtre a repris certains extraits de Cendrillon réécrit par l’auteur et metteur en scène Joël Pommerat qui en avait fait une écriture de plateau. Marie-Irène était chargée de partager les « outils du théâtre » car elle-même est comédienne à temps plein. « On a travaillé en équipe »souligne-t-elle.

« On a fait des ateliers pour créer la forme »

Comme l’explique Anne-Frédérique Bourget, metteure en scène : « Dans cette pièce on a fait des ateliers pour créer la forme. Ce qui est important au théâtre c’est l’instant partagé. Ce qui compte, c’est que ces corps envoient du sens au public. L’idée phare de l’atelier c’est leur faire goûter les effets du plateau. Ils ont vécu un processus de création. J’aime faire des créations professionnelles et des créations comme celle-ci. Pour moi, les valeurs du plateau sont des valeurs citoyennes. L’année prochaine, on serait très content de montrer un autre spectacle, de refaire cet atelier ou même faire les deux. »

IMG_1804©Justine Carrère

Les avis des étudiants étaient très positifs.  Rencontre avec Margot, Gatien, Léa et Soledad :

Margot, étudiante en MCC (Licence Médias, Culture et Communication) : « le théâtre ça fait un moment que ça m’intéresse et j’ai vu qu’il y avait un atelier théâtre au campus créatif. C’était génial. 2h d’atelier. J’avais déjà fait quelques mois de théâtre d’impro. Ça m’a beaucoup plu, je me suis découverte, ça m’a donné envie de faire du théâtre. »

Gatien, étudiant en troisième année de LLCE anglais (Langues, Littératures et Civilisation Étrangères)à la FLSH (Faculté Lettres et Sciences Humaines) : « j’avais fait beaucoup de théâtre du collège au lycée. J’ai dû arrêter à la fac car je n’ai pas retrouvé de club à rejoindre et quand j’ai vu que le campus créatif organisait une pièce de théâtre c’était super car ça m’avait beaucoup manqué. J’ai bien aimé cette année c’était une expérience différente. Moi j’étais habitué au théâtre classique. Si ça peut se refaire une deuxième fois. »
Léa, étudiante en première année de psychologie : « j’ai fait 5ans de théâtre et du coup quand je suis arrivée à Lille, ça m’a manqué. Je m’y suis inscrite. C’est compliqué d’apprendre le texte mais Il faut passer par là pour jouer au jeu d’acteur. »
Soledad, étudiante en master à la FGES (Faculté de Gestion, Économies et Sciences) management des entreprises : « Je n’avais jamais fait de théâtre. Au début, j’avais peur car je n’en avais jamais fait. Ça me faisait peur de monter sur scène mais j’ai trouvé ça très intéressant, j’ai pu rencontrer de nouvelles personnes. »

Justine Carrère