DBS : Broly, Philippe Ariotti (Freezer/Piccolo) donne de la voix !

A l’occasion de la sortie en France de Dragon Ball Super : Broly, la voix française de Piccolo et Freezer : Philippe Ariotti s’est confié à la rédaction de Presse360. Il revient notamment sur l’engouement autour du personnage de Broly et son métier de comédien de doublage.

Comment expliquez-vous cette affection de la part des fans,  pour ce personnage (Broly) n’existant que dans les films ?

Cela fait longtemps que l’on ne l’a pas vu. Son retour et assez inhabituel, sans vouloir en dire trop sur le film (Rires). Il est très présent. On le voit et surtout on l’entend beaucoup notamment lors d’un combat mémorable d’une durée de 35 à 40 minutes. Tous les fans le connaissent et je pense que son retour est dû à une espèce de manque de la part des fans. Ils ne seront pas déçus car le créateur de Dragon Ball : Akira Toriyama a mis la main sur ce scénario pour que le personnage revienne dans toute sa splendeur.

Comment s’est passé le doublage avec vos collègues comme Eric Legrand (Vegeta), Patrick Borg (Son Goku) ou Brigitte Lecordier ( Son Goten/Son Goku enfant) ?

Comme c’est un film qui était assez long et assez difficile. On a enregistré nos voix chacun de notre côté. J’ai enregistré tout seul pendant pratiquement une journée car je fais la voix du méchant Freezer et du gentil Piccolo, présents tous les deux dans le film. Je n’ai donc pas vu Patrick et Eric enregistrer.

Les trains OUIGO de la SNCF se sont mis également aux couleurs de Dragon Ball Super /
©CharlieCreteur

Prenez-vous toujours autant de plaisir à doubler ces personnages ?

Bien sûr, je fais ça depuis presque 30 ans même s’il y a eu quelques interruptions. Depuis la reprise de Dragon Ball Z Kai en 2011,  j’avais un peu oublié tout ça (Rires). Je me suis mis à réécouter les cassettes que j’avais chez moi pour me souvenir des voix que je faisais. Il y avait Oolong le cochon ou encore Babidi le sorcier, que j’adorais faire. Quand mes collègues et moi avons commencé à la fin des années 90, on ne comprenait pas grand chose à cette histoire. Notre directeur de plateau de l’époque nous a donc demandé de faire comme si on comprenait. Mais on l’a fait de manière tellement sérieuse que ça a marché auprès des fans. Il nous arrivait même d’enregistrer 4 à 5 épisodes de 26 minutes par journée.

En quoi est-ce un travail physique de doubler des personnages d’un manga de combat comme DBZ ?

Lors des derniers épisodes de Dragon Ball Z Kai, il m’est arrivé de doubler un combat entre Freezer et Piccolo dans une même scène. J’ai passé toute la journée à doubler l’un le matin et l’autre l’après-midi. C’est extrêmement physique. Le micro est certes notre partenaire mais on se donne à fond pour les cris. Il faut les faire exactement au bon moment et ne pas fermer la bouche quand celle du personnage est ouverte. On ne peut pas non plus respirer à contretemps sinon ça se voit à l’écran.

Propos recueillis par Charlie Creteur