Dragon Ball Super : Broly, un chef-d’œuvre visuel à deux vitesses

Sorti le 6 mars dernier, Dragon Ball Super Broly était plus qu’attendu pour sa sortie. Un spectacle haut en couleurs mêlant dessins nippons et scènes d’actions en 3D dont le court scénario nous laisse tout de même un peu sur notre faim.

Carton plein pour le dernier long métrage de la saga Dragon Ball Super ! Avec 400 000 spectateurs dès la première semaine de sa sortie, Dragon Ball Super Broly est un succès commercial en France. Du jamais vu pour un film adapté de l’univers de l’auteur Akira Toriyama. Apparu à l’écran en 1993 indépendamment de l’animé, Broly fait son retour version 2.0, pour cette fois-ci intégrer officiellement la saga Dragon Ball Super.

Synopsis : Après leur victoire lors du Tournoi du Pouvoir, Son Goku et ses amis coulent des jours paisibles sur la planète Terre. Comme à son habitude, le Saiyan passe ses journées à s’entraîner avec son ami Vegeta pour devenir plus fort. C’était sans compter sur le retour du machiavélique Freezer. Ce dernier crée la surprise en revenant sur Terre, accompagné d’un autre Saiyan nommé Broly et de son père Paragus. Son Goku et Vegeta se retrouvent face à un ennemi redoutable s’améliorant au fil de leur combat.

Une animation époustouflante

Malgré quelques dessins brouillons, le film issu des Studio d’animation : Toei offre une mise en scène inédite dans l’histoire des films Dragon Ball. Pour preuve, le passage à une vue subjective nous mettant dans la peau d’un personnage durant quelques instants. Sans compter le design rétro nous rappelant les premiers opus des années 90, de la saga. L’apport de la 3D s’accorde parfaitement aux décors en déconstruction, au fil du film. En d’autres mots, le spectateur en prend plein les yeux. Côté doublage, le travail est une nouvelle fois, accompli pour nos comédiens français comme Patrick Borg (Goku), Mark Lesser (Broly) ou encore Philippe Ariotti (Freezer).

Une deuxième partie plus poussive

Durant environ 45 minutes, le film retrace les origines de nos héros. Leur famille, la présentation de Broly, l’arrivée sur Terre de Goku et surtout la destruction de leur planète par Freezer. Si cette histoire n’a rien de nouveau pour les fans, elle a le mérite d’être réexpliquée de la plus belle des manières pour la compréhension d’un public moins passionné. Les musiques sont en harmonie avec le ton dramatique de ces premières minutes. Passé ce flashback, le long métrage prend une toute nouvelle trajectoire. Le scénario est quelque peu délaissé pour faire place à un combat de plus de 40 minutes. De même les cris de rages des guerriers, prennent le pas sur les dialogues. Malgré ce plaisir des yeux, le sentiment d’inachevé se fait sentir quant à la complexité du personnage central du film : Broly. Au final, on ne sait pas grand-chose de lui…

S’il n’apporte rien de nouveau sur le fond, le film reste une révolution visuelle dans l’histoire des filmsDragon Ball et réussit le pari de réunir petits et grands dans les salles de cinéma.

En tout cas, les fans devront se contenter de ce film et du manga papier en attendant la reprise potentielle de la série animée…

Note de la rédaction : 7/10

Charlie Creteur