A l’école Castro, on danse, on chante et on joue le flamenco !

Depuis septembre, Estrella, danseuse référente régionale du flamenco, donne des cours au Centre de danse Castro à Moulins. Une passion qui se transmet de génération en génération puisque c’est sa maman, Patricia Wartelle, qui avait ouvert en 1984 la première pena à Lille.

La  » pena », lieu de rencontre où chacun se retrouve pour partager une passion. C’est ainsi que tous les mardis soirs depuis le mois de septembre, une vingtaine de Lillois enfilent leurs talons pour s’essayer au flamenco sur le parquet du centre de danse Castro. Un lieu loin d’être anodin pour la professeure Estrella qui a débuté sa carrière dans cette même école. « Je n’étais pas aussi dévouée au flamenco à l’époque. Mes parents étaient tant plongés dans cet univers que je refusais, un peu rebelle, d’y accorder la même importance. »

Née à Wattrelos, Estrella emménage plus d’un an en Andalousie avant de s’installer avec sa famille à Lille. Dès ses cinq ans, elle est inscrite à des cours de flamenco qu’elle enchaîne par la suite avec de la danse classique au centre Castro, le conservatoire et le Ballet de Roubaix. Aujourd’hui, la jeune femme ne peut imaginer sa vie sans enseigner sa passion, notamment le flamenco, dont elle a fini par découvrir toutes les richesses. « C’est seulement quand je me suis rendue à des représentations que j’ai compris ce que ressentaient mes parents : de l’intensité. Mais au final, c’est surtout à ma mère que je dois ma renommée. » Patricia Wartelle, maman d’Estrella, plus connue sous le nom de « la Zambrana », a ouvert la première pena de la région en 1984. De cette initiative, est né un véritable ancrage de la culture hispanique au sein de la ville avec la construction d’une médiathèque, l’organisation de spectacles et la venue d’artistes professionnels …

DSC_0019
Estrella, danseuse de flamenco d’une grande renommée, donne des cours de danse tous les mardi soirs.
Le flamenco sous toutes ses formes

La « Pena Estrella », association créée en 2016, propose des cours (220 euros l’année) de danse mais aussi de chant, de théâtre, de guitare, de caron* en partenariat avec Los de La Noche, une troupe d’artistes venus du monde entier. Peu importe l’âge ou le niveau, « le but est de promouvoir et de rendre le flamenco accessible sous toutes ses formes », selon le directeur artistique, David Vasco Nelito. Des stages (25 euros le week-end) et des interventions auprès des enseignes scolaires sont également organisés au cours de l’année afin d’inviter le maximum de personnes à découvrir le rythme latino. Le tout donne lieu à un spectacle festif haut en couleurs. Cette année, ce sera le 6 juin à la Cave des Célestines. Olé !

Juliette Dicque

*sorte de tambour inventé au Pérou

Plus d’informations ici : http://penaestrella.fr/