A Villeneuve d’Ascq, le surnaturel s’invite au musée

Jusqu’au 5 janvier 2019, le musée organise l’exposition Lesage, Simon, Crépin : peintres, spirites et guérisseurs. Celle-ci rend hommage à ces trois artistes du XXème, originaires du Nord de la France. Tous ont pour point commun d’avoir entendu des voix les ayant incités à peindre alors qu’ils ne s’étaient jamais intéressés à cet art !

Si vous ne savez pas ce que « spirite » signifie, la première salle revient sur les origines de ce courant. On y apprend que le spiritisme vient des Etats-Unis. En 1848, les sœurs Fox entendent des étranges voix dans leur maison. Elles découvriront ensuite qu’un squelette avait été enterré dans leur sous-sol…

Peu à peu, les pratiques spirites se répandent aux Etats-Unis puis en France grâce à Allan Kardec. Par la présence de plusieurs objets chers aux spirites (table de ouija ou guéridon utilisé pour les tables tournantes, par exemple), les visiteurs peuvent imaginer l’ambiance lugubre qui devait régner lors des séances paranormales.

Communiquer avec les esprits devient rapidement un phénomène de société dans tous les milieux et les guerres qui bouleversent l’Europe provoquent le regain de ces pratiques 

Une série de photographies est affichée pour découvrir quelles personnalités du XIXème étaient spirites. Parmi elles figurent Zola, Hugo, Flammarion ou encore Edison par exemple. Des œuvres réalisées pendant les séances de spiritisme sont également exposées et préfigurent, ce qu’appelleront plus tard les surréalistes, l’écriture automatique.

Trois destins croisés

Pour mieux comprendre le travail des artistes, les œuvres sont restituées dans leur contexte de création. Dans une des salles dédiées à Lesage, on peut donc voir des outils utilisés par les mineurs du début du XXème puisqu’il s’agit de sa profession. C’est d’ailleurs dans une mine qu’il a entendu des voix, pour la première fois, en 1911.

« Un jour, tu seras peintre », entend Auguste Lesage (1878 – 1954) tandis qu’un murmure dit à Victor Simon (1903 – 1976) de peindre des temples. Fleury Joseph Crépin (1875 – 1948), quant à lui, découvre, en 1938 que lorsqu’il aura « peint 300 tableaux, ce jour-là, la guerre finira » et qu’ensuite il devra faire « 45 tableaux merveilleux et le monde sera pacifié ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Les créations des trois peintres portent la trace d’une minutie et d’une finesse impressionnantes » Les organisateurs de l’exposition

Au fil des salles, les visiteurs découvrent donc que l’univers des artistes leur est propre. Lesage propose une peinture stylisée à base de formes géométriques, Simon réalise des œuvres ésotériques et mystificatrices alors que le travail de Crépin est empreint de la guerre qui déchire le monde libre.

Tous sont autodidactes et pratiquent le guérissage. La spiritualité qui les a guidés tout au long de leur vie ressort donc facilement des toiles.

Une exposition variée

Si l’exposition a pour thème ces trois peintres spirites, de nombreux éléments extérieurs viennent l’enrichir. En effet, d’autres œuvres sont présentes. Certaines sont le produit d’artistes partageant les mêmes croyances comme Georges Bru. Des œuvres contemporaines se mêlent également au travail des trois artistes sur la même thématique.

Toujours dans l’optique de restituer le travail des trois peintres spirites à leur époque, un espace présente des ouvrages dédiés au spiritisme, certains ont d’ailleurs été écrits par Simon. L’Egypte, sujet de fascination incommensurable pour Lesage, occupe une salle entière afin d’expliquer les inspirations de l’artiste.

« Organisée de manière chronologique, historique et thématique, l’exposition propose de découvrir les pratiques spirites au-delà de celles de la peinture en présentant à la fois des documents d’archive, des œuvres contemporaines, mais également des objets, issus de civilisations et de géographies différentes« 

Des extraits de revue sont également mis en avant pour montrer que le travail des trois peintres était reconnu par des personnalités de l’époque. De ce fait, un article écrit par André Breton dans Le Minotaure est exposé. L’artiste se dit « fasciné » par les œuvres de Lesage. Breton a d’ailleurs possédé des toiles de Crépin.

L’exposition permet ainsi de mettre en lumière des peintres liés par leur appartenance au Nord de la France et par leur croyance envers le spiritisme. Que vous croyiez au surnaturel ou non, cette exposition est particulièrement intéressante puisqu’elle présente des toiles aussi impressionnantes par leur taille que par la technique ; d’autant que les trois peintres étaient autodidactes.

Flore Lheureux

Pour en savoir plus sur l’exposition : https://www.musee-lam.fr/fr/lesage-simon-crepin