Un hommage aux victimes de la « transphobie »

A l’occasion de la journée du souvenir transcende  le 20 novembre, plus de deux cents Lillois étaient réunis en mémoire des personnes transgenres tuées cette année en France.

Trois cent trente-et-une : c’est le nombre de personnes transgenres tuées depuis le début de l’année en France. Environ deux cents Lillois se sont réunis mercredi 20 novembre, vers 19h, pour commémorer ces victimes de la transphobie.

Un moment de commémoration, mais aussi l’occasion d’interpeller sur la situation des personnes transcende et dénoncer les discriminations qu’elles subissent. « Nous ne voulons plus être des citoyens de seconde zone », clament les membres du Collectif d’action trans lillois (CAT), à l’origine du rassemblement sur la place de la République. 

nee_31.JPG
Environ 200 personnes ont répondu à l’appel du Collectif d’action trans lillois

L’Etat pointé du doigt

Au coeur de leurs revendications, un meilleur traitement de la part du corps médical, ainsi qu’un accès plus simple aux opérations chirurgicales de transition. Plus de 60% des personnes transgenre auraient déjà subi de la « transphobie » de la part de soignants. La question de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes est aussi évoquée: le projet de loi qui sera prochainement examiné par le Sénat ne prévoit pas d’ouvrir ce dispositif aux personnes trans. Une décision vécue comme un rejet par les personnes de cette communauté.

Le collectif interpelle surtout le gouvernement et les institutions. « L’Etat est complice, et même responsable de nos morts », lancent ses membres, qui n’oublient pas de faire passer un message d’espoir malgré tout: « Soyez fiers, prenez la place qui vous appartient. »

Rachel Cotte