Les jeunes ont boycotté le "Black Friday"

Le Black Friday s’est attiré les foudres des militants écologistes et anti-capitalistes, amenés à agir contre la journée d’opération marketing. « Block Friday », c’est le nom qu’ils ont donné à leur manifestation, à Lille. Quatre cents personnes s’étaient réunies à 14h30 sur la place du théâtre pour dénoncer les conséquences écologiques de la surconsommation.

Bloquer leur vendredi, les jeunes pour le climat le connaissent bien. Collégiens, lycéens et étudiants sèchent régulièrement les cours pour protester dans le centre-ville lillois. L’objectif reste le même : interpeller les autorités sur les urgences climatiques et écologiques. Ce 29 novembre, les jeunes mettaient en garde face à la surconsommation du Black Friday. Ils ne manquaient pas d’ingéniosité pour illustrer leurs propos : des classiques pancartes au faux sang sur les mains et le visage, en passant par un die-in (simulation de la mort en public) ou une chanson d’Aurora (The Seed).

Si la marche revêtait un caractère joyeux, rappelant une techno parade par moment, les pancartes, elles, rappelaient la réalité. Le sentiment principal, c’est la peur, l’inquiétude face à un avenir incertain. Hemera, collégienne lilloise, est une habituée des manifestations du vendredi pour le climat. « Je continuerai à sécher aussi longtemps que la lutte sera nécessaire, » déclare t-elle. « Certains professeurs me disent qu’il y a des choses plus importantes. Je ne vois pas ce qui est plus important que défendre la planète.« 

Les jeunes se rebellent

Leurs actions sont tout droit inspirées d’Extinction Rebellion (XR). Les anciens du collectif venu du Royaume-Uni prônent la désobéissance civile pour tirer la sonnette d’alarme sur l’urgence environnementale. Rencontrés à Lille le 28 novembre, les rebelles déclaraient demander à tout prix aux « autorités de dire la vérité et d’agir en conséquence. » Exactement comme le font les jeunes, régulièrement…

Allison Blomme