Hippothérapie : des chevaux pour soigner nos maux

Avec l’hippothérapie, le cheval devient le médiateur entre le thérapeute et le patient. Un trio gagnant et une méthode douce qui fait ses preuves tant dans les handicaps mentaux et physiques que dans les troubles du comportement.

Sheneese, Viktorio et Clémence Debarge, un trio efficace depuis septembre 2019.
L.Mahieu

Au Vème siècle, Xénophon disait déjà « le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur ». Si cette méthode n’est pas nouvelle, elle connait un franc succès depuis ces dix dernières années et s’associe aux méthodes de soins traditionnelles. « Le cheval est un être particulièrement sensible, il ne porte aucun jugement et est le reflet de nos émotions », nous explique Clémence Debarge, diplômée de l’École belge d’hippothérapie Anté-Anthésis. Passionnée par les chevaux et fort de ses 20 années d’expériences en tant qu’assistante sociale, c’est tout naturellement que Clémence a lancé ce projet en avril 2018. Elle est accompagnée de ses deux chevaux Viktorio et Lucas au sein de cl’écurie de l’Orangerie à Rumes. Les séances se font dans un cadre calme et adapté à cette pratique avec des chevaux de race espagnole, particulièrement curieux et réactifs aux émotions.

« Le cheval réagit, ne parle pas, et n’agresse pas »

Ce jeudi, elle reçoit un groupe de trois enfants du CRESDA de Pont-à-Marcq , atteints de troubles auditifs et autistiques. Dans le calme, la séance s’organise en trois temps. Au départ, les enfants prennent contact, saluent et touchent le cheval. C’est une approche sensorielle. « Le rapport à l’animal est simple, à une émotion une réponse claire. C’est une histoire de communication et non de langage. Ce contact, pour qui n’a pas le langage qui est parfois quelque chose d’agressif pour les troubles autistiques, est plus doux » relate Martine Delpierre, psychanalyste qui n’hésite à pas conseiller l’hippothérapie à ses patients. Toujours dans une certaine sérénité, Sheneese, Lucas et Robin se mettent à cheval. Viktorio est attentif aux enfants et précautionneux.

Au delà de son intérêt psychique, cette méthode est aussi une opportunité de musculation douce et de stimulation corporelle. « Quand on est à cheval, ce sont près de 300 muscles qui sont sollicités et le bassin reproduit le mouvement de la marche », précise Clémence. Par le biais de stimulations dans le dos et d’exercices, la motricité est travaillée. La séance se termine par un débriefing avec les auxiliaires. L’occasion de mesurer les progrès de chacun et de fixer des objectifs pour la prochaine séance. Les enfants semblent calmes et apaisés. Certains effets sont immédiats mais les accompagnantes confient voir de nettes améliorations depuis le début de la thérapie, notamment en terme de concentration.

Robin apprend à se tenir droit à cheval et à tourner.
L.Mahieu

Si cette méthode se révèle efficace pour certaines pathologies lourdes, elle l’est tout autant sur des troubles sociaux plus légers. « J’accueille à la fois des personnes autistiques, des personnes souffrant de timidité, d’hyperactivité ou encore des personnes âgées », confie Clémence. Alors qu’une personne timide sera poussée à s’affirmer pour être comprise par le cheval, une personne hyperactive aurait tendance à s’apaiser pour ne pas l’effrayer. « C’est une excellente manière d’apprendre à cadrer ses émotions et de reproduire cela avec les humains. Et il ne faut pas oublier que la communication avec le cheval n’est pas que verbale. Elle permet aussi de comprendre le jeu des gestes et de la posture » rappelle Martine Delpierre.

Outre les bienfaits thérapeutiques, ces moments offrent aux enfants ainsi qu’à leurs accompagnants une bulle en dehors du quotidien. Les auxiliaires découvrent les enfants sous facette autre que le contexte médical, parfois stressant. La motivation des bénéficiaires est décuplée.

Les enfants finissent la séance en remerciant Clémence et Viktorio, le prochain rendez-vous est fixé et attendu avec impatience par tous.

Dernier coup d’oeil de Lucas vers Viktorio
L.Mahieu

Lola Mahieu