Visitez l’Europe à bord d’un bus pas comme les autres

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 85105680_856354571479375_5001053270853025792_n.jpg
Crédit image : équipe du projet


L’été prochain, un voyage un peu fou devrait commencer après des mois de préparatifs. Cédric et Pierre, à l’origine de ce projet, ont fait renaître le “chill bus”, un bus anglais de 1985 récupéré et réaménagé pour parcourir la France et l’Europe. Sa singularité ? Accueillir des voyageurs tout au long de l’itinéraire de 40 000km, pour proposer une forme de voyage alternative.



A l’occasion du “festival des voyageurs alternatifs” qui s’est déroulé fin janvier, à la maison folie de Wazemmes, deux entrepreneurs à l’esprit voyageur ont présenté leur projet, lors d’une soirée de partage d’expériences autour du monde. Le principe est simple mais pas moins original : traverser 40 pays en deux années, à bord d’un bus anglais réaménagé, en accueillant chaque semaine 8 hôtes hébergés en demi-pension, qui partageront ce road-trip à la découverte de l’Europe.


“Les séjours seront du samedi au samedi. Par exemple, on vous prend à l’aéroport de Rome, on fait un road-trip ensemble pendant une semaine et on vous redépose la semaine suivante à l’aéroport de Venise, où l’on prend un autre groupe qu’on redéposera le samedi suivant à un autre aéroport.”


Loin d’eux le souvenir des longs trajets en bus inconfortables qui nous faisaient presque apprécier les aires d’autoroutes. Leur “hôtel sur roue” en aura sous le capot : matériel de loisirs et de détente sera disponible à bord, bons petits plats préparés maison, sains, locaux, et même la douche chaude.


“On veut le confort comme à la maison, c’est à dire avoir la liberté du road-trip sans les inconvénients habituels notamment d’hygiène”.


Mais surtout et avant tout, ces séjours devraient être synonymes de partages, d’échanges interculturels, d’aventure, de nature, avec une multitude de possibilités pour occuper les journées, en fonction des envies de chacun.
Et pour donner encore plus de sens à cette aventure, Cédric et Pierre ont pensé que pour chaque semaine de voyage réalisée, une journée et une nuit à bord du bus seront offertes à “un enfant à qui la vie n’a pas fait de cadeaux”, en partenariat avec des associations d’aide à l’enfance. Ils mènent également des actions dans les écoles de la métropole pour sensibiliser les enfants à l’écoresponsabilité (valeur essentielle du projet) et à la solidarité. L’un des buts poursuivis est aussi de tisser des liens entre la jeunesse européenne.


“Ce côté solidaire nous tient à cœur et on est en partenariat avec le CHR de Lille et le Secours populaire. On déteste l’injustice envers les enfants. C’est pour cette raison que l’on a voulu apporter cette dimension associative.”


“ Vous savez, cette quête de sens, propre à notre génération.”
Un projet d’une telle envergure n’est pas sans obstacles, administratifs, règlementaires, juridiques, financiers. Le prix à payer pour “oser donner du sens à ce que l’on fait.” C’est ce à quoi Pierre aspirait, il y a trois ans et demi, en quittant son emploi dans l’immobilier, pour se recentrer entre autres sur ce projet.


“L’idée est venue de l’envie de voyager. Les années passent. Il y a toujours quelque chose qu’on regrette de ne pas avoir fait, à cause d’un besoin de stabilité financière, de relations. Les projets qu’on avait à 20 ans ne sont pas réalisés à 25, et puis un jour il y a un déclic. On arrête d’écouter ce que nos parents voulaient pour nous, ce que nos amis voulaient pour nous. Donc on a décidé de faire un tour du monde, au début à vélo, puis aller plus loin, aménager un van et un jour j’ai vu un bus anglais statique dans le jardin d’un hôtel et les idées se sont imbriquées les unes dans les autres. Comme on voit toujours plus grand, on est parti sur ce projet de bus de voyage.”


Son coéquipier et ami de longue date, Cédric a, quant à lui, quitté sa profession de conseil dans le domaine financier il y a quelques mois. Il partage lui aussi ce goût du voyage, des rencontres, cette volonté de vivre des moments de convivialité. “On apprend beaucoup avec les autres”, affirme-t-il. Et le “chill bus” est né ! Pour les plus curieux, l’itinéraire des 6 premiers mois est disponible sur le site web.

Crédit image : Equipe à l’origine du Chillbus


Hélène Decaestecker


Informations complémentaires :
https://www.thechillbus.com/solidarite
https://www.instagram.com/the_chillbushotel/