Des jeunes Lillois et de grands projets !

Chaque année, entre conseils et formations, l’entreprise sociale Enactus accompagne les étudiants lillois dans le développement de leur projet. Innovations technologiques, commerces à l’impact socio environnemental, aide à la personne… Rencontre avec les jeunes talents et découverte de leurs propositions. 

« Chez Enactus, nous visons l’accompagnement sur mesure. On aide les jeunes à se lancer, on leur donne des idées en fonction de leurs centres d’intérêts et on les met en contact avec des professionnels ». Depuis 2002, Enactus s’engage auprès des étudiants pour les aider à réaliser leurs projets. Cette année, lorsque le monde entier prend conscience de l’impact écologique, ces derniers semblent avoir misé sur l’environnement. Si Etika Spirulina a l’intention de créer une ferme circulaire avec une alimentation durable, la Korbeille a développé une application pour ne pas gâcher les aliments et la Petite Boucle s’est spécialisée dans le prêt à porter avec du tissu recyclé. Mais chez les Lillois, les idées ne semblent pas manquer et d’autres ont misé sur d’autres domaines… 

Gesture, passer de la langue orale à la langue des signes en un clic

Etudiants à Epitech, Victor et Clément ont pour ambition de faciliter la communication avec les sourds et muets. Pour cela, ils ont développé Gesture, une application qui permet de traduire instantanément la parole orale en langue des signes grâce à un avatar. « On vise pour la suite la reconnaissance d’émotion car une seule et même phrase détient des dizaines de tonalités. Et cela a aussi une signification en langue des signes ». 

84559662_1304114763104165_2876154691199172608_n
Victor et Clément souhaitent rendre accessible la langue des signes pour tout le monde et à tout moment. 

ZAC, reconditionner les anciennes lunettes et les revendre moins cher

« Combien de paires de lunettes trainent dans vos tiroirs ? Avec ZAC, on les reconditionne et les revend moins cher à l’usager.» Maxime et Ophélie, étudiants en finance à l’université catholique de Lille, ont déjà récolté 6000 paires. Ils espèrent pouvoir en faire des lunettes de soleil à l’arrivée de l’été. « Mes parents ont eu un peu peur que j’abandonne mes études pour cela, mais on est jeunes et pleins d’ambitions, c’est maintenant ou jamais qu’on doit se lancer ».

Juliette Dicque