Coronavirus : à Milan un couvre-feu instauré jusqu'au 1er mars

Damien Gillot est un jeune français de 23 ans qui travaille dans un restaurant à Milan en tant que commis de cuisine. Après avoir fait plusieurs voyages et découvert diverses spécialités culinaires, il décide de poser ses valises en Italie. Mais depuis quelques jours l’épidémie du coronavirus a fortement touché le Nord du pays affectant la ville de Milan et ses alentours.

Interview réalisé le 25 février 2020

Damien Gillot Commis de cuisine dans un restaurant Milanais. Crédit photo Linkedin

Pouvez-vous nous dire si vous avez vu des changements dans la ville depuis la montée de l’épidémie du coronavirus ces derniers jours?

Oui, on peut dire qu’à partir de samedi soir, il y a eu un grand changement car beaucoup moins de personnes étaient présentes dans la ville. Au départ l’épidémie s’est développée autour de Milan, dans les villes extérieures. Samedi soir, une conférence s’est tenue pour annoncer les mesures à prendre. Les mesures concernent d’abord les lieux de regroupement comme les bars ou les discothèques. Samedi soir ils ont annoncé qu’un couvre-feu serait instauré jusqu’au 1er mars à partir de 18 h. Pour les grandes places publiques, rien n’a été annoncé mais on conseille aux gens de ne pas se regrouper et on peut voir qu’il y a beaucoup moins de personnes dans la ville. Il me semble aussi que certaines écoles seront fermées.

Est-ce que l’épidémie a un impact sur le restaurant qui est également un espace public ?

Pour le moment le gouvernement a dit que les restaurants à Milan peuvent rester ouverts car ça ne regroupe pas trop de monde. Mais il y a beaucoup de restaurateurs qui ont décidé de fermer notamment les restaurants chinois et japonais. D’ailleurs, je travaille actuellement dans un restaurant japonais et c’est une question que le directeur se pose. Selon le nombre de personnes qui décommandent, nous allons décider si le restaurant restera ouvert.

Est-ce que les personnes autour de vous semblent avoir peur de l’épidémie du coronavirus ?

Entre collègues on en parle beaucoup parce que c’est la « news » du moment. Dans les rues les gens ne semblent pas avoir peur. Il y a peu de monde avec des masques. On en croise mais pour le moment il n’y en pas tant que ça. Peut-être que si l’épidémie se développe cela évoluera.

Savez-vous comment ce sujet est traité en Italie ?

Il y a différents médias qui parlent du coronavirus et on ne dirait pas qu’ils rassurent parce que d’après ce que je vois, toutes les dix minutes une nouvelle information sort à ce sujet pour donner des nouvelles de la situation. Dans les articles on peut voir que le nombre de personnes touchées croît. Je ne dirais vraiment pas que les médias rassurent.

A l’image du racisme chinois suite au coronavirus, pensez-vous qu’il pourrait y avoir une forme de raciste ou de défiance envers les Italiens à l’international ?

Je pense que c’est possible. C’est une peur que tout le monde peut avoir. On aurait tendance à fermer les frontières. J’y suis et il me semble que l’Autriche a déjà fermé ses frontières. Il ne laisse pas rentrer les Italiens. Je ne sais pas si la France va faire pareil. Moi qui me retrouve à l’intérieur du pays touché, je me dis que si je ne peux pas aller dans un autre pays si les frontières se ferment, ça me ferait bizarre. Je ne dirais pas que ça aille jusqu’au racisme mais ceci est la traduction de la peur de cette maladie.

Maëlliss Patti

A LIRE AUSSI :

https://presse360.wordpress.com/2020/02/18/coronavirus-a-lille-vrai-danger-ou-emballement-mediatique/