Ligue des champions/PSG-Dortmund (2-0) : Ce coup-ci, Paris a vaincu…

Auteur d’un match sérieux, le PSG a enfin vaincu ses démons des huitièmes de finale de la Ligue des champions en battant le Borussia Dortmund (2-0, 3-2 cumulé) au Parc des Princes ce mercredi 11 mars. Le club parisien va voir les quarts de finale de la C1 pour la première fois depuis 2016….

Enfin ! Le PSG a vaincu la malédiction des huitièmes de finale ! Pour la première fois depuis quatre ans, le club de la capitale fera partie des huit meilleures équipes européennes de la saison. Pourtant, les éléments d’avant-match ne plaidaient pas en faveur des hommes de Tuchel.

Absences, huis clos : un contexte pesant

Privés de Thiago Silva (blessé), Thomas Meunier et Marco Verratti (suspendus), le PSG a vécu les derniers jours dans le doute concernant la participation ou non de sa pépite Kylian Mbappé. Victime d’une grosse angine, on a même douté que le champion du monde français soit testé positif au coronavirus. Test qui se révèlera finalement négatif. Néanmoins, le natif de Bondy n’était pas titulaire au coup d’envoi. Autre fait important de ce match, la décision du préfet de finalement effectuer ce match à huis clos. Pourtant, ce n’est pas cette directive qui a empêché les supporters parisiens de supporter leur équipe. Massés entre 2000 et 3000 à l’extérieur du Parc des Princes, les ultras parisiens ont donné de la voix depuis l’extérieur de l’enceinte de la Porte d’Auteuil. Sûrement ce qui a galvanisé les Parisiens.

Paris a été sérieux

D’entrée de jeu, on a vu plus d’envie des joueurs du club de la capitale que sur tout le match aller (1-2). Avec un pressing haut, les coéquipiers de Neymar ont étouffé les Allemands. Pourtant c’est ce dernier qui va se faire sa première frayeur en retombant mal sur l’épaule à la 8e minute. Plus de peur que de mal pour le Brésilien qui finalement ouvrira le score tout pile 20 minutes plus tard (1-0, 28e).

Face à une équipe de Dortmund totalement amorphe hormis quelques petites situations avec un Haaland un peu juste sur un centre en retrait, une frappe d’Hazard et un coup-franc de Sancho, le PSG a marché sur des Allemands décidément beaucoup moins flamboyants hors de leur Signal Iduna Park. Juste avant la mi-temps, Juan Bernat reprenait un centre de Pablo Sarabia aligné en pointe avec Edinson Cavani dû à un Mbappé diminué (45e +1’). Le coup était parfait pour Paris.

Une qualification et une réponse aux « provocations »

Toute la seconde mi-temps, le PSG a eu beaucoup moins le ballon. Mais cela n’était pas grave tant ce Dortmund-là n’était pas en mesure de chercher plus qu’une élimination. Très loin de son niveau de l’aller, Erling Haaland a sombré dans son duel face à Presnel Kimpembe. Héros du match aller, le Norvégien a été complètement muselé par le défenseur champion du monde. Pour ce dernier, il s’agit là probablement de son meilleur match de Ligue des champions avec le PSG outre celui du 14 février 2017 contre le FC Barcelone (4-0). Puissant, anticipateur, aidé par un Marquinhos qui a prouvé son statut de capitaine, la défense parisienne était en mission, cette dernière ayant été tant critiquée après sa performance d’il y a trois semaines au Westfalenstadion

Un autre joueur parisien était aussi en mission, Neymar. Le Brésilien a enfin disputé un huitième de finale entier depuis son arrivée en France. Surtout, il a été décisif avec deux buts en deux matchs. Il suffit de voir ses larmes à la fin du match pour se rendre compte qu’il s’agissait là d’un rendez-vous plus qu’important pour l’ancien joueur du Barça. Après la qualification, les Parisiens se sont permis de chambrer leurs adversaires du soir, reprenant la célébration d’Haaland en réponse aux « provocations » des Allemands après l’aller comme l’a confirmé Presnel Kimpembe en zone mixte après le match.

Et Paris a communié

Outre le chambrage, dès le coup de sifflet final, les Parisiens se sont rendus en masse à l’extérieur de la pelouse pour communier avec leurs supporters qui ont été un exemple de soutien durant tout le match. Angel Di Maria, Neymar, Kylian Mbappé tous étaient torses nus sur le perron du stade pour célébrer une qualification tant attendue

Layvin Kurzawa, lui est carrément sorti de l’enceinte afin de prendre un bain de foule avec les fans. Une telle communion est un véritable contraste avec l’épisode douloureux de la saison passée quand les hommes de Tuchel avaient été sortis par Manchester United, les ultras parisiens allant même jusqu’au centre d’entraînement du PSG afin de leur montrer leur mécontentement. En tout cas s’il veut aller au bout, le Paris Saint-Germain aura bien besoin d’être uni. Elle est peut-être là la clé pour parvenir à ses fins de rêve européen…

Nathan Bricout