Coronavirus : « quid » des livreurs de repas à domicile ?

Malgré l’épidémie et les confinements imposés, le gouvernement n’a pas interdit les livraisons de repas à domicile. Les restaurants sont donc toujours autorisés à envoyer des coursiers pour livrer leurs plats à condition de respecter des règles sanitaires strictes.

Etonnement, il est toujours possible de commander des plats dans vos restaurants préférés même en cette période de pandémie. Les livreurs Uber Eats, Deleveroo et bien d’autres continuent d’exercer leur métiers malgré les risques de contamination. Le gouvernement a imposés des consignes très strictes à adopter depuis les restaurants jusqu’aux livraisons mais il est cependant très difficile de savoir si elles sont respectées.

Le site du ministère de l’Economie avait publié à ce sujet le 15 mars dernier des précautions sanitaires à respecter : « La livraison de repas à domicile reste autorisée pourvu qu’elle se fasse sans contact. Le livreur doit également déposer son sac ouvert sur le bas de la porte du client et s’éloigner pour qu’il puisse récupérer sa commande ». Les livreurs ne doivent donc à aucun moment laisser le restaurateur placer les plats dans le sac. Ils doivent également nettoyer leurs mains le plus souvent possible pendant leurs créneaux de livraisons et toujours respecter une distance de 2 mètres avec le client.

Dès le début du confinement, Ubert Eat s’est empressé de communiquer par mails aux clients qu’il continuera les livraisons et que tout serait mis en place pour éviter les risques de contamination. Cependant ces précautions semblent largement insuffisantes autant pour les livreurs que pour les clients. D’après Édouard Bernasse, le secrétaire général du Collectif des livreurs autonomes, « les consommateurs doivent arrêter de commander sur les plateformes et celles-ci doivent fermer temporairement. il y a un deux poids, deux mesures : d’un côté, on ferme les restaurants et on demande aux gens de rester confinés chez eux, et de l’autre, on ne touche pas à la livraison, malgré les risques. Il faut arrêter ces services et indemniser les livreurs » dénonce-t-il.

Quoi qu’il en soit les plateformes de livraisons semblent faire partie des grands gagnants de cette période de confinement puisque le nombre de commandes explose depuis le début de la pandémie. L’envie de grignoter, le manque de courses à la maison ou encore tout simplement l’ennui pour certains pousse de nombreuses personnes à commander pour se procurer du plaisir en cette période compliquée.

Ibrahim Khenichat