La crise sanitaire risque de fragiliser l’accès à l’avortement

Alors que tout le système de santé français est pleinement mobilisé pour endiguer la pandémie de coronavirus, l’accès à certains soins et interventions essentiels devient difficile. C’est notamment le cas pour l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

« Des créneaux horaires permettant notamment de pratiquer des interruptions volontaires de grossesse chirurgicales ont été supprimés dans certains blocs opératoires», s’inquiète Danielle Gaudry, militante au planning familial, au micro de France Inter le 20 mars. En raison de l’épidémie de coronavirus, les hôpitaux sont saturés et la priorité est donnée aux soins des patients infectés.

Mais l’IVG est une intervention urgente, celle-ci devant en France se pratiquer dans un délai de douze semaines à compter du premier jour de grossesse. Elle peut se faire de façon médicamenteuse, mais au delà de cinq semaines, l’opération par aspiration est nécessaire. Si des interventions prévues doivent être retardées voire supprimées, de nombreuses femmes risquent de se retrouver en dehors des délais légaux, et dans une profonde détresse.

« Le gouvernement lâche les femmes et les médecins »

Si le ministère des Solidarités et de la Santé se veut rassurant, en affirmant sur Twitter que «les démarches et conditions d’accès à l’IVG restent identiques», la situation est alarmante pour Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise. Elle et plusieurs autres sénateurs ont proposé un amendement visant à élargir le délai légal pour pratiquer l’IVG de façon temporaire, en le faisant passer de douze à quatorze semaines de grossesse. Cet aménagement a été refusé par le ministre de la santé Olivier Veran. « Le gouvernement lâche les femmes et les médecins« , s’est désolée l’élue dans un tweet, suite à cette décision de rejet. Une situation faisant tristement écho à la célèbre phrase de Simone de Beauvoir: « Il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. »

Rachel Cotte