Un patron qui met KO ses adversaires !

Du haut de ses 23 ans, Maxence DAMAREY n’est pas un simple ingénieur HEI. Il est aussi boxeur professionnel. Crochet, direct, upercut! Cinq combats, cinq victoires ! Sur le ring, il mène la danse. Et comme si cela ne suffisait pas, il a une certification en science de la nutrition et  de l’entraînement.

Pourtant, le Lillois se lance maintenant un nouveau défi : monter sa propre boîte de nutrition sportive. Partons à la rencontre de ce jeune entrepreneur.

Direct du gauche de Maxence contre son adversaire . Crédit: 6th.dim

En Fait : D’ou te vient l’idée du concept de NØKO! ?

Maxence : Elle me vient de ma rencontre avec Algama foods. C’est une société innovante qui développe des aliments à base de micro-algues.  Je suis entré en contact avec eux parce que j’adorais leur société. De là est née l’idée de m’associer pour développer une marque de nutrition sportive. Ensuite, nous avons pensé à attaquer le marché des combattants car aucune offre n’était adaptée à leurs besoins. Mis à part des produits pour le bodybuilding, il n’y a pas grand-chose. Donc, grâce à mes compétences et à leur équipe de recherche et développement, on a créé un produit spécialement adapté à cette cible.

EF : En quoi consiste ton produit exactement ?

Maxence : Le premier produit c’est une poudre de récupération à réhydrater avec de l’eau, des jus de fruit ou tout ce qu’on veut. Elle permet de régénérer les cartilages. Il y a du calcium, qui est idéal pour la santé osseuse. Elle est aussi composée d’un mix de protéines végétales pour le maintien musculaire. Le tout est optimisé pour une synthèse protéique optimale. Enfin, il y a de la BCAA pour la récupération et les micro-algues qui apportent tout un coté antioxydant.

EF : Comment s’est déroulée la conception de ton produit ?

Après notre rencontre, nous avons prit contact avec Olivier DAHAN, un chasseur de tendances alimentaires. Ensuite nous avons mené une étude de marché pendant quelques mois. De là, on a vu qu’il y avait un manque sur le marché pour les combattants et pour les activités de haute intensité. On s’est dit qu’il y avait un créneau logique pour nous, car nous sommes deux cofondateurs, et tous deux boxeurs professionnels. On a beaucoup réfléchi aux besoins des combattants en se basant aussi sur notre propre ressenti dans notre parcours.

Le nouveau design du packaging NØKO! Crédit: Thierry GAUBERT

EF : As-tu des subventions ? Des sponsors ?

Maxence : Non. Excepté mes associés, je n’ai ni partenaire ni sponsor.

EF : Quels sont les obstacles que tu as rencontrés sur ton parcours ?

Maxence : Nous rencontrons tous les jours des nouvelles difficultés qu’il faut anticiper et appréhender. Par exemple, le COVID nous a beaucoup ralenti, surtout au début. Là, ça commençait à aller mieux, on se libérait de tout ça, on faisait des dégustations un peu partout. Mais maintenant, on re-confine les salles de sport. Mais ce n’est pas grave. On va trouver des solutions pour s’adapter, peu importe les obstacles.

EF : Quels sont tes objectifs ?

Maxence : Nous allons commercialiser NOKO assez rapidement. L’objectif est d’être, dès cette année, les numéros 1 sur la nutrition sportive des combattants en France, et dans quelques années pareil, mais au niveau mondial !

Alice GADENNE