Fermeture des salles de sport : « c’est incompréhensible ! »

Les salles, habituellement pleines sont maintenant totalement vides . Crédit Alice Gadenne

C’est la mauvaise nouvelle de la semaine pour les sportifs lillois, les salles de sport ferment leurs portes. Lille, étant classée zone d’alerte renforcée, n’est pas la seule victime de cette mesure. Comme l’a indiqué Olivier Véran,  le ministre de la Santé, lors d’une conférence de presse ce mercredi 23 septembre, d’autres villes sont dans le même cas de figure.

Paris, Rouen, Toulouse, Bordeaux, et Lyon, n’y échappent pas non plus. Ces grandes villes subissent le même sort en raison de la circulation active du virus. « Ce sont des espaces confinés où le port du masque est impossible voire a minima complexe et qui sont hélas, des lieux de contamination importante », a-t-il indiqué pour justifier ces nouvelles mesures.

Le délai est fixé à deux semaines (jusqu’au 11 octobre) minimum. La réouverture se fera (ou non) en fonction de l’évaluation de la situation sanitaire.

Prévue le dimanche 27 septembre au soir, la fermeture a été anticipée à samedi matin. Une grande surprise mais surtout une grande déception pour les sportifs mais aussi pour les coachs. Rencontre avec Alex Ferrez Dias, un coach lillois affecté par cette mesure.

Une mauvaise surprise

A 32 ans, Alex est coach sportif depuis 11 ans déjà. Il jongle entre un contrat dans un club, deux associations sportives ainsi qu’un job de formateur dans les écoles (BP JEPS AGFF).

Pour lui, une deuxième fermeture (après celle du confinement) des salles de sport n’était pas du tout prévue. « Etant donné que les règles d’hygiène et de sécurité mises en place par les clubs ont été respectées et appliquées, je ne m’y attendais pas. Aucun cas n’a été déclaré dans un club de sport à ce que je sache » confie-t-il.

Alex donne un cours d’aérodance à ses adhérents. Crédit : Christian Fulster

Une attente difficile

Maintenant que les salles sont fermés, Alex, comme ses nombreux confrères, est au chômage technique. Ses associations et clubs sont tous fermés. Il n’a pas d’autre choix qu’attendre la réouverture. Pour lui, cette situation est « inexplicable » et « incompréhensible ».

Son impatience est palpable : « J’espère vraiment que cela ne va pas durer plus de 15 jours. Beaucoup de démarches et de pétitions en ligne circulent en ce moment pour lutter contre cette décision arbitraire ! J’espère que ça va faire bouger les choses ».

Par exemple, à Rennes, ville classée en « zone d’alerte renforcée », le tribunal administratif a suspendu la fermeture des salles de sport par un arrêté préfectoral. 

« Le sport est pourtant primordial, pour la santé physique et mentale de tout le monde en ces temps difficiles » conclut Alex.

Alice GADENNE