La maire de Lille dévoile son plan de relance

Vendredi 25 septembre, Martine Aubry a fait sa rentrée lors d’une conférence de presse et en a profité pour annoncer son plan de relance pour la ville de Lille. 

Récemment réélue, la maire de Lille a déclaré que la majorité était déjà au travail puisque celle-ci a préparé un plan de relance « vaste et cohérent ». Le budget de ce dernier s’élève à 65 millions d’euros. Il n’inclut pas les villes de Hellemmes, Lomme et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Ce plan s’articule avec ceux mis en place par la Métropole européenne de Lille (MEL), la Région et l’État. « Avec ce plan de relance, notre objectif est double : obtenir un maximum de co-financements de l’État pour faire aboutir le plus de projets possibles. Et aussi accélérer leur mise en œuvre. » a précisé Martine Aubry. Deux axes principaux se dessinent : l’écologie et l’économie. 

D’ici 2026, la ville plantera 20 000 arbres pour contribuer à la réduction des effets du réchauffement climatique. Pour répondre à cet objectif, la ville souhaite poursuivre la débétonisation des cours d’écoles. À ce jour, 76 sur 79 d’entre elles ont déjà été végétalisées. D’autres projets de grande ampleur sont prévus, comme la création d’un parc sur la place du Maréchal Leclerc dans le quartier Vauban Esquermes. La maire souhaite également développer les jardins partagés. L’objectif principal est d’intégrer toujours plus d’éléments naturels dans cet environnement urbain. Pour respecter cette nature et donc encourager les lillois à se déplacer en vélo, les pistes cyclables provisoires installées après le confinement deviendront permanentes. Pour faciliter ces déplacements, un Réseau Express Vélo sera créé et des box à vélos seront installés. Une Maison des mobilités verra même le jour d’ici 2022 pour faciliter l’accès à l’information et la transition vers ce mode de transport respectueux de l’environnement. La ville n’oublie cependant pas les piétons puisque les écoliers seront encouragés à se rendre à l’école à pied avec la création de rues scolaires et d’un nouveau code de la rue. Martine Aubry souhaite également offrir aux lillois un habitat moins consommateur en énergie. La ville améliore d’ores et déjà la qualité énergétique de ses bâtiments. À présent, elle ambitionne de donner une nouvelle vie aux étages vacants au dessus des commerces. L’ensemble des bailleurs sociaux ont d’ailleurs été encouragés à formuler des propositions sur ce sujet. Lors de son mandat, la maire s’engage à ce que la rénovation de 13 000 logements dont 3 500 dans le parc social soit aboutie.   

La crise sanitaire a eu un impact catastrophique sur l’économie. C’est pourquoi ce plan propose également des mesures pour favoriser la relance économique de Lille. Martine Aubry a souhaité faire de l’accompagnement des jeunes vers l’insertion et l’emploi une priorité. Alors qu’une plateforme service civique accompagne déjà 300 missions par an, ce chiffre devrait passer à 350 en 2021 et à 480 en 2022. De plus, 870 jeunes par an seront accompagnés par la Garantie Jeunes. Elle permet d’accompagner les jeunes entre 16 et 25 ans en situation de grande précarité vers l’emploi ou la formation. Lille vient aussi de lancer le plan « 1 000 apprentis » pour accompagner des jeunes dans leur projet d’apprentissage. Les associations ont aussi beaucoup souffert de cette situation. Un plan de soutien à hauteur d’1 million d’euros a été lancé dès juin et 122 associations ont déjà été aidées. La culture est aussi une victime non négligeable de cette pandémie, certains investissements culturels et sportifs seront donc accélérés. 

D’autres points ont également été évoqués lors de cette conférence. Le sujet de la sécurité a notamment été abordé. La maire a annoncé l’embauche de 50 policiers municipaux, l’ouverture d’un hôtel de police municipale et le déploiement de nouvelles caméras. Bien sur, elle s’est également exprimée sur les mesures sanitaires qui ne cessent de s’accentuer dans une ville particulièrement touchée par le virus.

Mathilda Calais