Tous ces héros qu’on voit à la télé sont-ils malades ?

Christophe Debien, psychiatre au CHU de Lille et cofondateur de la chaîne Youtube Psylab vient de publier aux éditions humenSciences son livre Nos Héros sont malades. Rencontre avec le docteur de nos héros, passionné de cinéma et de séries, outils qu’il utilise pour expliquer maladies et troubles mentaux.

Paru le 23 septembre, Nos Héros sont malades, nous explique ce qui se passe dans la tête de nos héros. Crédit : Margaux Chauvineau

Qu’est ce qui rapproche cinéma et psychiatrie ? Qu’est-ce qu’il se passe dans la tête de nos (anti-) héros ? Des questions auxquelles le Dr Christophe Debien répond dans Nos Héros sont malades, son premier ouvrage de vulgarisation scientifique. Comme il le déclare, « démocratiser la psychiatrie, vulgariser les connaissances, ça me parait faire partie de mes devoirs de praticiens hospitaliers dans le service public ». Pour cela, il utilise, dans son ouvrage ainsi que sur sa chaîne Youtube qu’il partage avec le Dr Geoffrey Marcaggi, les films et séries comme base d’analyse pour présenter et décrire les troubles mentaux et les maladies mentales. « Quand on sait que la plupart des maladies mentales commencent entre 15 et 20 ans, c’est cette population qu’il faut toucher et ce n’est pas en écrivant des encyclopédies qu’on va y arriver. C’est en faisant des BD, des mangas, des vidéos… », nous indique-t-il.

« Tout ce qu’on écrit, tout ce qu’on dit, d’autant plus quand il y a écrit docteur sur la couverture, ça entraine une responsabilité. »

Même si le cinéma tout comme les séries sont un excellent moyen de montrer la maladie et les troubles mentaux, il reste de nombreux stéréotypes qui construisent la façon dont le public, sans connaissances sur le sujet, peut voir la maladie mentale. Il évoque notamment ce mythe de la violence qui persiste à l’écran et pourtant, les maladies mentales, particulièrement la schizophrénie, n’impliquent que rarement des comportements agressifs. Comme le Dr Debien l’explique dans son ouvrage, les médias de divertissement ont un « impact sur l’image que nous pouvons avoir des troubles mentaux ». C’est d’ailleurs pour cela qu’il énonce une certaine responsabilité de la part des scénaristes et réalisateurs dans cette représentation de certaines maladies et dont ils doivent avoir conscience. « Tout ce qu’on écrit, tout ce qu’on dit, d’autant plus quand il y a écrit docteur sur la couverture, ça entraine une responsabilité. Il y a des caricatures qui sont lourdes à porter pour les patients », déclare-t-il.

Il affirme tout de même qu’avec les séries notamment, il y a une meilleure représentation de la maladie mentale. Celles-ci permettent d’ouvrir le dialogue sur des sujets qui n’étaient pas forcément évoqués avant. On pense par exemple à la question du suicide, illustrée par le Dr Debien au dernier chapitre avec 13 Reasons Why. Pour lui, c’est une très bonne série sur le suicide puisqu’elle montre ces différentes et multiples causes amenant une personne à passer à l’acte. D’après l’Inserm, « en France, un jeune sur douze fait une tentative de suicide avant ses 25 ans », il devient donc important d’avoir des médias comme cette série pour pouvoir échanger entre générations.

« Ce que j’aimerais c’est que ça change un petit peu le regard des gens qui ont la chance de ne pas être malades sur les gens qui ont hélas le malheur d’être malades »

L’écriture de Nos Héros sont malades est donc un moyen de déconstruire ces clichés transmis par les films et séries, et de mieux informer le public sur la psychiatrie. L’auteur a passé un an à écrire ce livre et a essayé d’être le plus proche possible de la réalité lorsqu’il évoque ces sujets sensibles. « Ce que j’aimerais c’est que ça change un petit peu le regard des gens qui ont la chance de ne pas être malades sur les gens qui ont hélas le malheur d’être malades », explique-t-il. Il est donc important pour le Dr Debien de montrer une nouvelle facette de la maladie à travers des personnages représentés à l’écran.

Alors si vous voulez mieux comprendre ce qui se cache derrière le génie de John Nash, le traumatisme de Rambo ou bien la personnalité d’Hannibal Lecter, foncez acheter Nos Héros sont malades !

Margaux Chauvineau

Pour aller plus loin : la vidéo la plus vue de la chaîne Psylab qui vous permettra de vous informer sur la schizophrénie.