À Amiens, un marché de Noël virtuel pour soutenir les petits commerces

Comme dans plusieurs autres grandes villes, l’annulation des marchés de Noël a fait naître des éditions « en ligne ». Pour soutenir les petits commerçants amiénois, trois frères, Nicolas, Aurélien et Sébastien, ont lancé « Les Chalets de Noël Online ».

Flâner sur le marché de Noël d’Amiens, entre odeur de gaufres et marrons chauds, se laisser tenter par un tour de Grande-roue avec vue sur la Tour Perret, s’émerveiller devant les décorations et chercher les trésors des petits chalets rouges de Noël, s’arrêter boire un verre de vin chaud en terrasse, place Gambetta, après avoir salué les Canadiens dans leur chalet qui sent bon le sirop d’érable, un rituel pour tous les Amiénois qui n’aura malheureusement pas lieu cette année. Le marché de Noël d’Amiens, comme la majorité des autres villes de France, est annulé. Un coup de massue de plus pour les petits commerçants qui comptaient sur le marché de Noël pour compenser les pertes occasionnées par la crise sanitaire. Cela, Nicolas Rayez, enseignant dans un lycée Amiénois et ses deux frères Aurélien et Sébastien l’ont bien compris et ont décidé de créer le premier marché de Noël virtuel d’Amiens.

« Notre priorité : soutenir les petits commerces »

Tout a commencé sur les réseaux sociaux, Nicolas et ses deux frères Aurélien et Sébastien se sont donnés pour mission d’aider les petits commerçants en lançant un « marché de Noël online ». Il faut dire que le trio est très complémentaire :

Je suis enseignant à Amiens, et je me suis occupé de l’aspect humain en contactant les commerçants sur les réseaux sociaux et en m’occupant de la communication autour du projet. Aurélien lui est graphiste, et s’est occupé du design de la plateforme tandis que Sébastien, lui qui est developper web, a apporté son expertise pour façonné le site » raconte Nicolas Rayez.

Un projet qui s’est fait dans l’urgence mais qui a réussi à voir le jour en trois semaines seulement en collaboration étroite avec les commerçants amiénois qui ont été sollicités dès le début du projet :

Nous avons eu cette idée et nous avons tout de suite créé un groupe facebook pour juger de sa viabilité. Au début, nous avons invité 300 personnes. Le soir même, nous étions 5000. C’est ainsi qu’a commencé un beau partage humain avec les commerçants locaux. Nous leur avons fait passer un questionnaire pour comprendre leurs attentes et envies pour le site web. »

Trois semaines plus tard, les Chalets sont lancés, et ont reçu la visite de 8000 personnes sur la page, puis pas moins de 19000 personnes aujourd’hui. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes et qui témoignent du besoin ressenti par les commerçants, qui, pour beaucoup ne connaissaient pas la vente par internet.

Une balade virtuel sur le marché de Noël avec un maître mot : le local !

Dès le début, l’équipe de concepteur s’est attaché à une chose : le local. Et pour cause, si le marché de Noël d’Amiens rayonne depuis de nombreuses années, Nicolas regrette le faible pourcentage de chalets de la région :

Aujourd’hui, le marché de Noël d’Amiens c’est 15 % d’artisans locaux. On regrette que ce ne soit pas 100%. Cela s’explique notamment par le prix de location de chalets qui n’est pas accessible à tous. Nous avons donc une plateforme avec des commerçants 100% locaux avec, parmi eux, des institutions du marché de Noël comme le célèbre gaufrier, les tartiflettes et même le célèbre chocolatier Jean Trogneux  » explique Nicolas Rayez.

L’équipe des Chalets de Noël online s’est donc attachée à instaurer des forfaits accessibles à toutes les bourses. Les concepteurs ne touchent aucune commission sur les ventes.

« Montrer que les artisans se bougent »

Parmi les plus de cent exposants des Chalets de Noël Online, Hélène Ripoll, créatrice d’accessoires et bijoux pour les mariages, s’est laissée tenter par l’expérience. Avec l’annulation des mariages et des salons qui lui permettaient de vendre ses créations, difficile pour cette auto-entrepreneuse, qui essaie « d’aller de l’avant et de traverser la tempête » d’aborder l’avenir sereinement.

Pour l’occasion, Hélène Ripoll, créatrice de bijoux pour les mariages s’est réinventée en créant une collection capsule pour les fêtes.

Au début, lorsque j’ai découvert le marché de Noël Online, j’étais perplexe et je gardais l’image du marché de Noël « made in china » où ce n’est finalement que de l’achat-revente. J’ai été agréablement surprise de voir tous les créateurs présents, des créateurs que l’on ne connaît pas, dont on n’entend pas parler. J’ai donc décidé de participer au projet en mettant en ligne la collection capsule « pour les fêtes » que j’ai créée spécialement pour l’occasion. Je me suis dis que j’aurais des regrets si je ne participais pas » raconte Hélène.

La créatrice espère que la crise sanitaire et les difficultés des petits commerces pousseront les personnes à remettre en cause leurs modes de consommation :

Il faut que les gens comprennent que des petits cadeaux faits-main ça ne veut pas dire « mal fait ». Pour être artisan, il faut être passionné et ce marché de Noël virtuel montre qu’on est là et qu’on se bat malgré les difficultés » conclut la créatrice.

« Une vraie opportunité pour les jeunes commerces »

Pierre-Emilien Lesourd, étudiant en dernière année d’école de commerce a fait le pari audacieux de lancer son entreprise L’atelier Touquettois après le premier confinement en juin. Une micro-entreprise, spécialisée dans le design du métal avec des pièces décoratives à l’image de plusieurs villes françaises.

Pierre-Emilien Lesourd, a lancé son entreprise en juin, juste après le premier confinement.

La création de mon entreprise était à la fois sympa mais aussi difficile. Quand on a des petits moyens, il faut réussir à faire connaître sa marque. Le deuxième confinement a rendu les choses plus compliquées puisque les magasins revendeurs étaient plus frileux à accueillir de nouvelles marques »

Lorsqu’il découvre le marché de Noël virtuel, il est tout de suite séduit par le concept :

On a tout de suite vu de la solidarité entre les petits commerces locaux. On a été tenu au courant de l’avancée de la plateforme après avoir répondu à un questionnaire. Tout le monde a joué le jeu. Pour moi, c’est une vraie opportunité puisque la plateforme, met en relation les acheteurs avec le site web du vendeur. Apparaître sur le marché de Noël online, c’est donc une vraie occasion de se faire connaître ».

Quarante-six jours après son ouverture, 113 exposants locaux sont présents sur le site. De quoi s’adonner à une belle promenade virtuel. Si l’on espère tous pouvoir profiter des marchés de Noël, l’année prochaine, pourrait-on imaginer que ce type d’initiative, qui a déjà vu le jour dans plusieurs villes de France, se pérennise ?

Cécilia Leriche