Les Français sont-ils réellement méfiants face au vaccin contre la Covid-19 ?

Selon un récent sondage, moins d’un Français sur deux compte se faire vacciner contre la Covid-19. La France, « championne du monde » des réfractaires au vaccin, ou simplement prudente ? Rencontre avec le médecin du CHU de Lille, Philippe Amouyel. 

Selon un sondage Ipsos Global Advisor, du 29 décembre 2020, seuls 40% des Français comptent se faire vacciner contre la Covid-19. Un chiffre, certes à relativiser, mais qui placerait la France après la Russie et l’Afrique du Sud en terme de vaccinations. 

« Nous mettons l’origine de ces peurs au moment de la vaccination contre la grippe H1NA qui avait été mal comprise, en 2011 », déclare Philippe Amouyel,  médecin au CHU de Lille où il dirige le service de santé publique. Le Médiator, ou l’hépatite B sont aussi encore dans la mémoire des français. Des propos qui, selon le spécialiste, sont à nuancer. Cette année, le vaccin contre la grippe est en rupture de stock : « avec tous les messages qui ont été passé sur les bénéfices, les Français font maintenant confiance en ce vaccin ». Un exemple que le spécialiste espère appliquer au Covid-19.

Des peurs amplifiées par les réseaux sociaux

« Il existe une part d' »anti-vaccins », mais leur nombre est constant quelque soit le type de vaccin »

« Les personnes opposées au vaccin sont très bruyantes« , déclare Philippe Amouyel. Les réseaux sociaux sont le lieu d’expression des pros comme des anti-vaccins. Pour lutter contre la désinformation, les géants du web ont mis en place une vaste campagne de sensibilisation en partenariat avec l’application Full Facts, spécialiste dans la vérification de faits. Facebook, Google et Twitter ont décidé de s’allier pour ne relayer que les informations qualifiées de fiables, et en relayant les rapports des laboratoires de vaccination Pfizer et Biontech.

Les effets secondaires sont l’une des craintes majeures des Français (Lola Mahieu)

La part des indécis

« Je vais attendre, prendre du recul sur les effets indésirables et consulter mon médecin traitant avant de prendre une décision« , affirme le Lillois, Lucas. Parmi les 40% des personnes réticentes mises en avant par le sondage Ipsos, une part est accordée aux indécis.

Parmi les craintes les plus importantes : les effets secondaires, mais aussi la vitesse avec laquelle le vaccin a été trouvé. Des inquiétudes sur lesquelles Philippe Amouyel entend répondre : « toute la planète a travaillé en même temps sur ce vaccin« . Une vitesse qui s’explique par les moyens humains et financiers engagés dans cette recherche. « L’examen des données, et les formalités administratives ont été simplifiées, mais n’altère en rien la qualité du vaccin« , tient à rassurer le médecin. Un vaccin de type ARN, qui est le fruit de plus de dix ans de recherches. Quant aux effets indésirables le médecin tient à rassurer les Français sur le recul, qui selon lui, est déjà probant :  » à ce jour plus de 8 millions de personnes ont déjà été vaccinées dans le monde « .

Le médecin Philippe Amouyel compte sur le temps mais aussi sur l’exemplarité des personnalités publiques qui se feront vacciner et qui partageront leur expérience, pour donner confiance aux Français. « Il faut aussi que la communication gouvernementale soit rassurante« .

Lola Mahieu