26 ans après, l’interview de la princesse Diana à la BBC refait surface

Le 20 novembre 1995, dans une interview diffusée sur la BBC, la princesse Diana raconte l’implosion de son mariage avec le prince Charles. A jamais, elle aura changé l’image de la monarchie. Mais 26 ans après, le comte Charles Spencer demande l’ouverture d’une enquête contre le journaliste Martin Bashir de la chaîne britannique pour avoir manipulé celle qu’on surnommait Lady Di.

L’interview choc de Lady Diana lors de son passage à la BBC le 20 novembre 1995

L’interview est historique. Devant 22,8 millions de téléspectateurs britanniques, la princesse de Galles fait des révélations que l’institution monarchique n’est pas près d’oublier.

Lady Diana a convié les caméras de la BBC dans un des salons de Kensington Palace, sa résidence officielle, sans avoir pris la peine d’en avertir ni son attaché de presse ni son secrétaire particulier. Les jambes croisées et le regard triste, la jeune femme adopte la posture d’une femme blessée lors de l’émission « Panorama ». C’est le journaliste Martin Bashir qui dirige l’interview. Pourtant, ce soir-là, Lady Diana commet un crime de lèse-majesté.

Lady Di : une princesse vulnérable

Au cours de l’émission, elle attaque directement son époux, en doutant de sa capacité à monter un jour sur le trône : « Je connais sa personnalité. Je pense qu’être roi lui apporterait d’énormes contraintes et je ne sais pas s’il pourrait s’y adapter ». Elle lève également le voile sur la vie intime de la famille royale. Sur l’antenne de la BBC, elle raconte sans scrupules le délitement de son mariage avec le prince Charles. « Nous étions trois dans ce mariage », dit-elle, en référence à la relation qu’entretenait son époux avec Camilla Parker Bowles. Après la mort de son épouse le 31 août 1997, il finit par épouser sa maitresse en 2005.

Hasnat Khan, amant de Lady Di, avoue 62 ans après, avoir tenté coûte que coûte de l’empêcher de faire cette interview. Il connaissait bien le journaliste et accusait ses pratiques « dérangeantes et dangereuses ». Mais la princesse en était très proche. Il se rappelle très bien des conversations téléphoniques entre Diana et un certain « Dr.Jarman », nom de code du journaliste. La confiance qu’elle lui donnait l’a peut-être amené trop loin. Dans le Daily Mail, il déclare que cette interview était « une grosse erreur ».

Le journaliste de la BBC remis en cause

Vingt-six ans après, l’entretien de Lady Diana fait l’objet de nouvelles investigations.Le 18 novembre 2020, la BBC lance une enquête indépendante contre le journaliste Martin Bashir. En effet, le frère de Diana, Charles Spencer, accuse ce dernier d’avoir falsifié des documents pour obtenir l’interview. Un an avant la mort de Diana, Lord Spencer affirme que Bashir l’avait approché avec des relevés bancaires frauduleux indiquant qu’il avait une taupe dans son personnel de sécurité.

« Si je n’avais pas vu ces relevés, je n’aurais jamais présenté Bashir à ma sœur », dit-il dans une lettre écrite à la BBC.            Il demande même des excuses pour ces méthodes « malhonnêtes ». La chaîne britannique est « déterminée à faire toute la lumière sur ces évènements ». Il veut que la BBC accepte « toute la gravité de cette situation » et demande une enquête formelle sur les tromperies utilisées.

Pour répondre à ces mystères, une enquête est désormais ouverte depuis la fin de l’année 2020. Elle est menée par un ancien juge de la Cour Suprême, John Dyson. Il devra examiner « ces supposés relevés de comptes » et déterminer le rôle joué par les instances dirigeantes de la BBC. Est-ce que la chaîne était au courant des documents falsifiés ? Voulait-elle protéger son journaliste ? Tant de questions que la famille royale espère voir élucider.

Quentin André