Ces commerçants à Lille qui ne participent pas aux soldes d’hiver

La période est compliquée pour certains commerçants qui profitent de la période des soldes pour attirer les clients. Mais ici à Lille, quelques boutiques ne participent pas au mouvement, pour des raisons économiques et environnementales.

À la suite des deux confinements, de nombreuses enseignes se retrouvent en difficultés financières et peinent à écouler leurs stocks. Les soldes d’hiver ont alors été prolongées de deux semaines et prendront fin le 2 mars prochain. Malgré tout, certains commerçants ont fait le choix de ne pas faire de solde. Pour cette vendeuse de cosmétiques bios, elle explique que « la philosophie de l’établissement est d’offrir des produits accessibles« . Ce qui se traduit par la volonté de la marque  » de ne pas avoir de budget marketing, donc on ne fait pas de publicité pour nos produits« . En effet cette démarche permet à l’enseigne d’investir dans la fabrication du produit, qui sera plus responsable de l’environnement, avec des emballages recyclables ou recyclés. En boutique comme sur le site internet, la marque ne participe donc pas aux opérations de soldes. C’est un choix éthique qui veut « ne pas pousser le client à la surconsommation« . C’est pourquoi la boutique ne solde plus ses produits, depuis des années. »On en a fait un petit peu au début pour liquider certains produits où les numéros de lot allaient ne plus pouvoir être mis en vente« , avoue la commerçante, « mais on les a arrêtés très rapidement » confie-t-elle. La demande de produits bio est croissante, elle a même doublé en 2020 par rapport à 2019 et représenterait près de 40 milliards de dollars sur le marché mondial.  

Dans une seconde boutique de fabrication textile rue Léon Gambetta, pour cet arisant le choix est le même, mais les motivations varient. A contrario de la première enseigne, cette boutique est indépendante. Depuis un an et demi le gérant met tout en place pour proposer des produits respectueux de l’environnement, qui subissent aussi le moins de transport possible. Le coton, produit primaire et essentiel à la fabrication de ses vêtements vient de Chine. À part ce long trajet pour arriver jusqu’en France, toute la conception des t-shirts et pulls est réalisé dans l’hexagone. Les designs aussi. Concernant les soldes, le commerçant nous précise que « l‘entreprise de fabrication textile fonctionne à la demande« , et les clients sont le plus souvent « des associations et des particuliers, donc on imprime ce que le client demande uniquement« . L’entreprise a très peu de choses à solder « mises à part pour les opérations déstockage de nos propres visuels à la rentrée car il n’y avait pas eu de braderie« .

En France durant la pandémie, le chiffre d’affaire des industriels du secteur textile était en recul de -20% sur la période de janvier à avril 2020 par rapport à l’année précédente. Un chiffre qui devrait remonter en 2021. Mais bien que la crise sanitaire ait touché l’ensemble des commerçants, dans ces deux boutiques les clients sont au rendez-vous malgré l’absence de réductions.

Mathilda Calais et Clémentine Marié