Un match sans commentateur, pourquoi pas ?

Ce qui aurait dû être une simple rencontre de fin de saison entre deux équipes de bas-rang de la NFL s’est transformée en une leçon sur l’importance des commentateurs sportifs.

Graphique de présentation du match entre les New York Jets et les Miami Dolphins ( NBC Sports)

Le match de football américain entre les New York Jets et les Miami Dolphins du 20 décembre 1980 (vidéo YouTube) est encore mentionné aujourd’hui comme étant la seule rencontre sportive américaine à ne pas proposer de commentateurs. Malgré la montée en audience, la rencontre, entre ces deux équipes, disqualifiées des éliminatoires et donc sans intérêt particulier, a été perçue comme un bide pour les diffuseurs et la NFL.

Cette idée est venue de Don Ohlmeyer, alors producteur pour la chaîne NBC. Il y a déjà pensé très tôt durant la saison. Pour lui, les commentateurs étaient trop bavards et ne laissaient pas le jeu s’exprimer quand il était nécessaire. Des rumeurs circulaient à partir d’octobre sur un éventuel match sans commentateurs. Il confirme la rumeur mais précise qu’il ne le fera que lors d’un match sans conséquence sur les éliminatoires. La dernière semaine de la saison lui donna l’opportunité d’essayer lors d’un match entre les New York Jets et les Miami Dolphins.

Un dispositif unique

Le match commence à 12 heures 30. Pour compenser le manque de commentaires, l’équipe de production de la NBC a placé des micros, plus sensibles, sur les gradins et autour du terrain. Ils voulaient aussi placer des micros sur les joueurs, mais la NFL s’est interposée. La production a aussi augmenté le nombre de graphiques et d’effets vidéo pour montrer les nombres de tentatives, la distance, les scores, et les statistiques des joueurs. Ils ont aussi demandé au service d’annonces publiques du stade d’en faire plus, notamment pour donner le score et tenir l’audience informée de ce qui se passait sur le terrain.

Les téléspectateurs pouvaient entendre les annonces, mais aussi le Bryant Gumbel, normalement commentateur pour la NFL, qui fera quelques apparitions devant la caméra pour donner le score et les dernières informations, ainsi que des interviews pré-enregistrées des entraineurs et des joueurs.

Le match en lui-même s’est bien déroulé. Après un premier quart-temps derrière au score, les New York Jets remontent et gagnent le match, 24 à 17.

… Pour une réception mitigée

Avant le match, les organisateurs comme les joueurs étaient sceptiques à l’idée de laisser jouer un match sans commentaires. Bob Baumhower, à cette époque défenseur pour les Dolphins, espérait que « tout le monde fera attention », car il y a « beaucoup de choses qui se disent sur le terrain que les spectateurs ne remarquent pas. » Quoique cela veut dire, il semblerait que personne, mise à part Don Ohlmeyer, n’était convaincu par l’idée. Mais le producteur a voulu continuer sur cette lancée.

L’expérience aura payé, les téléspectateurs étaient au rendez-vous pour ce match sans répercussions. La NBC nota que sur près de 1 000 appels téléphoniques au standard de la chaîne, 60% d’entre eux étaient en faveur de la suppression des commentaires. Un échantillon encore trop petit pour Bryant Gumbel, qui a vécu ce match comme un « coup de pub ».

Alors pourquoi ne pas avoir continué avec ce dispositif ? Pour David Israel, journaliste qui a écrit deux jours plus tard au Chicago Tribune sur le match, « c’est devenu un jeu sans contexte joué par des hommes sans passé ». Les téléspectateurs devaient comprendre eux-mêmes l’histoire du jeu. Israel reprend l’observation du philosophe Marshall McLuhan selon laquelle la télévision conditionne les téléspectateurs à réagir passivement sans les interpeller, mais :

« Ici, tout à coup, elle nous demandait de participer activement, d’apporter notre contribution pour que ce qui était sur l’écran devienne plus qu’une simple image mouvante. Les téléspectateurs qui n’ont pas été en mesure de le faire se sont retrouvés à regarder des humanoïdes rembourrés se claquant les têtes ».

Avec l’avènement du numérique, des abonnements proposent parfois de diffuser les rencontres sportives sans commentaires. Mais pour ce qui est de la télévision, les commentateurs restent l’élément clé des programmes.

Louis DELMOTTE