“Le plus dur n’est pas de perdre, c’est de ne pas s’emballer quand on gagne trop.”

Ces dernières années, le nombre de parieurs sportifs a explosé en France. Une mode alimentée par les “tipsters”, des personnes parfois rémunérées pour conseiller les joueurs dans leurs paris. Romain fait partie de ceux-là. 

Le compte TR Pronos compte aujourd’hui plus de 12 000 abonnés sur Twitter

“Pour commencer à parier, il faut être prêt à perdre de l’argent”. Calme mais catégorique, Romain s’explique : “ en pari sportif, au début, on perd forcément.” Le jeune homme de 25 ans est tombé dedans en 2013, au bureau de tabac du coin : “je jouais avec mon père mais rien de sérieux. Un jour j’ai décidé de créer ma page Facebook et tout est allé très vite.” 

Une ascension rapide

Passionné de ballon rond, Romain a démarré en postant des analyses de matchs. “Je donnais mon avis dans de courts paragraphes, j’ai rapidement eu quelques centaines d’abonnés.” Une fine expertise qui paie puisque le jeune homme est repéré par un gros compte : “une page de 60 000 abonnés (l’une des plus grosses de l’époque n.d.l.r) est venue me voir. Je devais m’occuper des pronostics quand les autres s’occupaient de la communication.” 

Fort de cette expérience, le “tipster” décide de se lancer en indépendant 3 ans après. Avec son cousin Thomas (qui se retire vite du projet), ils forment TR Pronos sur Twitter. “On a choisi ce réseau car c’est une plateforme transparente, tout n’est pas beau comme sur Instagram. C’est réel.” Grâce à des analyses bien senties, Romain se crée une communauté : “j’avais annoncé la victoire de la Sampdoria sur Naples. La côte de l’équipe était à sept (7€ de retour pour 1€ de mise n.d.l.r), la Samp a gagné 3-0.”

Depuis, Romain s’occupe quotidiennement de ses réseaux sociaux : “Chaque week-end, je passe entre 4 et 7 heures par jour à éplucher les matchs, les bookmakers … C’est un vrai boulot. Ma copine le sait et l’accepte, elle me soutient dans cette expérience.” Un travail de recherche méticuleux et nécessaire, car le tipster aime jouer les “grosses côtes” : “Je cible toujours les values, des paris qui ont une côte sous-évaluée. Beaucoup de facteurs rentrent en compte pour les choisir. L’adversaire, le contexte, le fait de jouer à domicile …” 

La seule solution est d’instaurer une relation de confiance”

Aujourd’hui, TR Pronos est suivi par 12 000 personnes : “C’est une grosse pression, avoue-t-il, quand on gagne c‘est génial, mais quand je me trompe, je fais perdre de l’argent à mes abonnés.” Une réalité brutale, encore plus sur les réseaux sociaux où l’anonymat rend l’insulte facile. “La seule solution est d’instaurer une relation de confiance, il faut être transparent et honnête. C’est pour cela que j’ai créé une conversation avec mes followers. Elle me permet de leur parler, de partager mes doutes .” 

Romain (à droite), rencontre parfois ses abonnés dans la rue

Des périodes difficiles, le tipster en a connues. “Il y a 6 mois, j’ai décidé de proposer un site VIP payant à mes abonnés les plus fidèles, mais les deux premiers mois ont été catastrophiques.” Une perte de 50% de bankroll (capital financier d’un parieur n.d.l.r) , alors qu’il était en bénéfice de 9000€ sur l’année passée. “Je n’ai pas baissé les bras. J’ai remboursé les abonnements à mes followers et ai rendu le site gratuit pendant 2 mois.” Finalement TR Pronos a réussi à remonter la pente, inversant la tendance et rattrapant les 50% perdus. “Il y a des pertes, il faut s’y préparer. Le plus dur n’est pas de perdre de l’argent, c’est de ne pas s’emballer quand on en gagne trop.” 

Louis Bouchard

Jouer comporte des risques d’addiction et peut entraîner le surendettement et l’isolement. Il est donc indispensable de jouer avec modération. Si besoin, appeler le 09-74-75-13-13.