Nouveaux réacteurs nucléaires : EDF s’en réjouit, les syndicats prudents

EDF et la filière nucléaire française assurent être « prêts » à la suite de l’annonce mardi soir de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires sur le sol français par le président Emmanuel Macron, dans une allocution suivie par plus de 20 millions de téléspectateurs selon Médiamétrie.

Emmanuel Macron lors du congrès des maires le 19 novembre 2019. © Jacques Paquier / Wikimedia Commons

Après avoir annoncé en octobre dernier un investissement d’un milliard d’euros dans le nucléaire à travers le plan « France 2030 » — estimé à 34 milliards d’euros, le président directeur-général d’EDF Jean-Bernard Lévy « se réjouit » des annonces de relance d’un programme nucléaire français. Dans une interview début septembre dans les colonnes du Journal du Dimanche, il affirmait vouloir « multiplier les programmes dans les énergies renouvelables comme dans le nucléaire », indispensable selon lui à la sauvegarde de l’électricien français.

Chez EDF, les syndicats restent prudents

Virginie Neumayer, représentante syndicale CGT chez EDF a affirmé auprès de l’AFP qu’un renouvellement du parc nucléaire « est un défi industriel et social sans précédent » sans toutefois faire front contre la déclaration du président de la République. 

À la centrale nucléaire de Penly en Seine-Maritime, destinée à accueillir un futur EPR, « la nouvelle est très bien perçue » a affirmé son secrétaire général CGT Nicolas Vincent. Même son de cloche à la CFDT où « construire de nouveaux outils nucléaires est incontournable si on veut continuer la transition énergétique » déclare à l’AFP Dominique Bousquenaud, secrétaire général de la fédération Chimie Énergie du syndicat. Il appelle malgré tout à continuer le développement « de l’ensemble des énergies décarbonées » pour limiter la part du nucléaire à 50 % dans la production d’électricité.

Pour l’ONG Greenpeace France, la prise de parole du « président-candidat » Emmanuel Macron est « totalement irréaliste » et assure que le nucléaire « est obsolète dans un contexte d’urgence climatique » a-t-elle déclaré ce mardi dans un communiqué.

Kévin Belbéoc’h