Grands prix du club de la presse des Hauts-de-France : des lauréats investis malgré la pandémie

Le 18 novembre au soir s’est déroulée la remise du grand prix du club de la presse des Hauts-de-France. L’occasion de mettre à l’honneur ses lauréats, ainsi que ses partenaires.

Journalistes de tous types de médias : dessinateurs, communicants… Tous ces profils sont récompensés chaque année par le concours organisé par le club de la presse des Hauts-de-France. Cette association réunit des professionnels de l’information et de la communication autour de conférences et d’ateliers. Un réseau qui valorise les compétences de la région.

Pour les vingt ans de son Prix, le club de la presse a mis les petits plats dans les grands. La cérémonie s’est déroulée dans la salle Concorde de la Chambre de commerce et d’industrie des Hauts-de-France, qui fait partie des sponsors.

Philippe Allienne

Philippe Allienne, président, a présenté avec fierté l’histoire de ce prix, ainsi que ses partenaires. Car le prix est soutenu par la CCI, mais aussi la Banque Populaire du Nord, BFM Grand Lille, l’Union de Vignerons Champenois du Sud de l’Aisne.

Autant de noms qui illustrent le succès qu’a conquis le prix en vingt années. «Notre jury prend beaucoup de temps pour choisir les gagnants, et quand il choisit il ne se trompe pas ! » se félicite Philippe Allienne. Des propos appuyé par la diffusion de plusieurs clips montrant le parcours de plusieurs anciens gagnants. Par exemple, Valérie Sauvage, qui avait remporté le prix Mention Spéciale, et est aujourd’hui chef du service Économie à la Voix du Nord.

La cérémonie n’a pas compté de prix attribué à la communication, car cette catégorie n’avait reçu qu’une seule candidature cette année.

5 lauréats pour l’édition 2021

Nicolas Lee recevant son prix

Nicolas Lee a remporté le grand prix jeune journaliste presse écrite : pour son article « A Grand-Synthe, l’invisible odyssée des migrants vietnamiens » paru dans Médiacités Lille. Un sujet où il évoque le facteur d’isolation qui ajoute à la précarité des migrants : « Les passeurs isolent les migrants, ils cassent les liens entre eux et les associations d’aide.« 

Julien Bouteiller a reçu le grand prix jeune journaliste Web/doc : avec la collaboration de Raphael Tual et Anthony Bonnet pour l’article « Adolescentes prostituées en ligne : l’inquiétante explosion d’un phénomène » paru sur le site Actu.fr. Ils ont profité de l’occasion pour rappeler la diversité des profils des adolescentes qu’ils avaient découvertes dans cette traite humaine.

Cécile Bidault a gagné le grand prix du reportage pour son reportage audio «Villa, village, l’entraide à tous les étages » diffusé sur France Inter. Une plongée dans la maison solidaire d’une dame qui a investit sa fortune pour aider les personnes en difficulté. « Le grand reportage, il est aussi au coin de la rue », a-t-elle déclaré en recevant son prix.

Les cinq lauréats avec leurs prix

Pour le grand prix du reportage, c’est Bruno Renoul qui a été choisi, pour son enquête « Une association de jeunesse de Roubaix accusée de prosélytisme » parue dans la Voix du Nord. Il a témoigné des nombreuses difficultés qu’a posé cette enquête : « C’est un sujet sensible un peu brûlant. Les gens sont réticents à parler quand il s’agit d’islam. On a mis longtemps à sortir cet article, la mairie réfutait les éléments, elle s’acharnait à prouver qu’il n’y avait rien.« 

Et enfin, le grand prix du dessin de presse a été attribué à Thierry Masquelez, pour son dessin intitulé « Logique incomparable », paru dans le Journal de la Corse. Le lauréat a commenté son œuvre : » Je voulais quelque chose qui montre le monde actuel pour des gens des années plus tard. »

« Logique imparable », dessiné par Thierry Masquelez

Pauline Defélix