Joséphine Baker entrera fictivement au Panthéon le 30 novembre

Cela peut paraître surprenant mais Joséphine Baker fera son entrée au Panthéon sans que son corps repose dans ce symbole de la nation française. Ce 30 novembre en effet, le président Emmanuel Macron fera entrer la première femme noire dans ce lieu mythique (« Aux hommes, la patrie reconnaissante »), à Paris, pour son “sacrifice à la nation”. Même si nous connaissons tous la chanteuse de J’ai deux amour, sa vie privée reste encore un mystère. 

Freda Josephine Mcdonald connue sous le nom de Joséphine Baker est née le 3 juin 1906 à Saint-Louis au Etats-Unis d’Amérique. Elle décédera le 12 avril 1975 après 2 jours de coma à Paris, à l’âge de 68 ans. La vedette a de multiples talents. De chanteuse à actrice en passant par meneuse de revue, elle entre au Panthéon surtout pour son rôle dans la résistance et sa position d’ambassadrice contre le racisme. 

Son éducation se forme entre l’école et les tâches domestiques chez l’employeur de ses parents. A l’âge de 16 ans,elle passe de cabaret en cabaret dans l’espoir de se faire un nom avant de rejoindre Broadway, scène mythique du music-hall. Un producteur, Donald J. Reagan, pense à elle quand il veut créer un spectacle américain à montrer aux Européens. Il crée la revue « Nègre » dont Joséphine Baker est la vedette. Après cette tournée, elle rejoint le Casino de Paris où elle interprétera sa célèbre chanson « J’ai deux amours ». Elle continue à chanter et faire des films mais la Seconde guerre mondiale éclate en France et elle devient agent de contre-espionnage tout en chantant devant les officiers du Reich. Terrifiée par ce qu’elle a vu, à la fin de cette guerre, elle va lutter corps et âme contre le racisme et va fonder une famille « arc-en-ciel » en adoptant des enfants de divers continents et nationalités. Elle connaîtra pourtant la ruine financière avant sa mort. Aidée par une américaine comme elle, la célèbre Grace Kelly, elle se sort de cette mauvaise passe, et rejoue dans les théâtres avant de tomber d’épuisement. Enterrée à Monaco, son corps restera inhumé sur le Rocher selon la volonté de sa famille, mais son souvenir rejoindra les grands hommes de la Nation au Panthéon le 30 novembre.

Mathieu Pinet