Le Fourgon remet au goût du jour les bouteilles consignées

Créé le 9 avril, le Fourgon sillonne la métropole lilloise pour livrer ses boissons consignées comme du lait, de l’eau, de la bière ou encore du vin. Chez vous ou dans un point retrait, le fourgon jaune livre toute la semaine.

Le Fourgon, c’est une histoire entrepreneuriale née dans la métropole lilloise : Charles Christory, Maxime Tharin et Stéphane Dessein. Après avoir collaboré ensemble chez Adictiz (une société de marketing digitale), que Charles a vendu il y a trois ans, ils ont fait leur vie pro chacun de leur côté avant de collaborer à nouveau ensemble sur un nouveau projet : “Avec Max et Stéphane, on est pères de famille, explique Charles. Et on a fait le constat que, chez nous, la poubelle de recyclage se remplissait plus vite qu’elle ne se vidait.” Une des solutions au problème leur est assez vite venue : la consigne. Ce système d’antan qui revient en force dans les pratiques de celles et ceux qui veulent réduire leurs déchets.

Sauf que c’est plus facile à dire qu’à faire dans un quotidien chargé et quand on ne sait pas qui pratique la consigne du côté des commerçants : “J’ai beaucoup d’amis qui essaient de diminuer leurs déchets, mais ils ne trouvent pas de solution. Les sacs cabas ont remplacé les sacs plastiques mais ce n’est pas la panacée.”

Soda, eau, lait, bière ou vin consignés

Voilà comment les amis en viennent à créer Le Fourgon, une société qui propose une solution clé en main pour les boissons : vous commandez en ligne sur leur site internet, ils viennent vous livrer gratuitement chez vous ou en point retrait, et ensuite récupèrent tout ce qui est vide.

Vous trouverez un peu de tout au Fourgon : de la bière, de l’eau, des jus de fruit, du lait, des sodas ou encore du vin. Il y a les marques mainstream (Coca ou Vittel par exemple) mais aussi des marques beaucoup plus locales comme la Moulins d’Ascq, des jus des Weppes ou de la limonade du P’tit Quinquin. Le lait consigné vient de chez Inex, une laiterie belge.

Pour sauter le pas il faut commander au minimum une caisse de 12 bouteilles, c’est ce qui permet à la boite de se faire assez de marge de son côté et donc de proposer une livraison gratuite mais aussi des prix de boissons qui restent proches de ceux de la grande distribution. Pour le prix de la consigne, elle varie entre 0,10 € et 3€ selon la taille des bouteilles et/ou des caisses.

Ils ne livrent pas encore partout, mais ça ne saurait tarder. Ils ont quand même pas mal de points retrait établis (notamment dans les boutiques Day by Day) et un bon secteur de livraison à domicile hors-Lille où ils arrivent en fourgon électrique.

Pour les créneaux à domicile, il faut penser à passer sa commande au moins trois heures avant l’heure de livraison, en sachant qu’ils peuvent livrer du lundi au vendredi, dans l’après-midi et jusqu’au soir 20 heures.

Silvio livre la commande de Julie directement chez elle à Wasquehal.

Voir les choses en grand

L’objectif du trio est de faire rouler Le Fourgon à l’échelle nationale, mais pas que. “Ce qu’on souhaite vraiment c’est que grâce à ce service on puisse économiser de l’énergie et de l’eau.” Les bouteilles usagées sont soit envoyées chez les producteurs qui disposent de grosses laveuses, soit chez Haut La Consigne qui les nettoie et renvoie les bouteilles toutes propres chez le producteur. Ce procédé permet d’économiser 75% d’énergie et 33% d’eau sur chaque bouteille consignée, par rapport à une bouteille plastique jetable. “Un de mes autres rêves, au-delà de l’écologie, c’est que demain grâce au Fourgon, on puisse baisser les impôts locaux des familles grâce à la diminution des déchets.

Charles à gauche et Silvio, un des livreurs, à droite.

Si le concept vous parle, vous pouvez aller sur le site du Fourgon. Une application est également accessible sur le Google Play et sur l’App Store. Si vous voulez en apprendre plus sur les partenaires du Fourgon ou leur collaboration avec des associations, comme ici, Le Fourgon blog est . Pour suivre leur actualité voici leurs réseaux sociaux : Facebook et Instagram.

Lloyd Lefebvre