La population civile au cœur du conflit en Ukraine

Après 17 jours de conflits, la guerre Ukraine Russie continue de faire débat, avec une mobilisation occidentale contre la Russie, l’Ukraine tient bon malgré de nombreux bombardements et attaques russes, le sentiment nationaliste ukrainien ne flanche pas. C’est donc un conflit ou la population est au cœur de l’attention mais aussi au cœur des attaques.

Le conflit entre L’Ukraine et la Russie est bien plus profond et compliqué et remonte a bien plus longtemps que ces derniers mois. Déjà en 2014, avec l’annexion de la Crimée par la Russie, on pouvait remarquer une forte tension entre les deux pays. Une tension liée aux sentiments anti-russe présents en Ukraine, mais aussi liée aux différences culturelles entre l’ouest et l’est de l’Ukraine. Ce sentiment antirusse et cette peur de la Russie a poussé l’Ukraine à se rapprocher des État Unis, de L’Union européenne et de l’OTAN. Un rapprochement qui n’a pas plu à Vladimir Poutine. Et après une escalade verbale de violences jusqu’au 24 février, la Russie a lancé une offensive sur l’Ukraine.

Ukraine- Russie : un conflit de l’information

Le conflits Ukraine-Russie est bien plus qu’un conflit au sein du territoire, il est aussi numérique, c’est une guerre de l’information qui se passe en ce moment. Réseaux sociaux, information, radio, propagande et censure de l’information, tout est fait pour que les opinions publiques soient au cœur de ce conflit.

Une guerre de l’information qui n’est pas sans conséquence, avec de nombreux messages souvent propagandistes, les pays font tout pour maitriser les opinions publiques. Cela s’avère compliqué notamment en Russie ou certaines personnes ne gardent pas le silence. C’est le cas de la journaliste Marina Ovsyannikova qui a eu le courage de sortir du silence pour brandir une pancarte contre la propagande officielle. On peut mentionner aussi les nombreuses manifestations qui se déroulent en Russie depuis le début du conflit.

Une population prise pour cible

Malheureusement dans une guerre, les cibles premières sont les civils et les civils ukrainiens ne sont pas épargnés, cela alors que le Kremlin avait indiqué que les civils ne seraient pas visés. Mais avec les bombardements des quartier résidentiels à Kiev, le bombardement d’un hôpital Marioupol, ou encore une base militaire à Yavoriv, rien n’est épargné.

C’est donc une stratégie de terreur et d’épuisement qu’adopte le Kremlin, mais comme l’histoire nous l’a appris si on veut soumettre un peuple par la violence il finit toujours par se rebeller, et c’est ce que nous voyons, avec un mouvement et une mobilisation générale des Ukrainiens qui veulent se battre et protéger leur pays.

Mais la guerre est un ennemi impitoyable et n’épargne personne et après 17 jours de conflits, les pertes sont estimées à 15 mille morts, plus de 119 milliards de dégâts matériels et un exode d’environ 3 millions d’ukrainiens. Il ne faut pas laisser tomber l’Ukraine et continuer de faire union pour les aider car comme dit ce bon vieux dicton, l’union fait la force.                                                        

Antoine Guihery