Le groupe Etat islamique confirme la mort de son chef et nomme un successeur

Le groupe Etat islamique (EI) a confirmé la mort de son ancien chef, tué lors d’une opération de l’armée américaine. Les djihadistes ont nommé son successeur, Abou Hassan al-Hachemi al-Qourachi 

Dans un communiqué diffusé jeudi 10 mars, le groupe djihadiste État islamique (EI) a confirmé la mort de son chef Abou Ibrahim al-Qourachi, tué le 3 février dernier en Syrie lors d’une opération des forces spéciales américaines. L’EI a par ailleurs fait savoir le non de son successeur, Abou Hassan al-Hachemi al-Qourachi.   

(AAREF WATAD / AFP)

L’EI affaibli mais toujours présent

Originaire de Tal Afar, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, avait pris fin octobre 2019 la tête du groupe après l’élimination de son prédécesseur Abou Bakr al Baghdadi. Selon l’administration américaine, Qourachi se serait fait exploser lors d’un raid américain dans le nord-ouest de la Syrie, tuant plusieurs membres de sa famille.

Il avait joué, selon les États-Unis, un « rôle moteur » dans le génocide commis contre la minorité yazidie dans le nord de l’Irak en 2014 et supervisait le réseau de « franchises » de l’EI de l’Afrique à l’Afghanistan. Le groupe dispose toujours du soutien de 10 000 combattants, selon une estimation de l’ONU. 

Un nouveau leader relativement inconnu

Le nouveau chef de l’organisation radicale, le troisième du groupe de sa création est relativement inconnu. Dans son communiqué, le groupe a assuré que la nomination d’Abou Hassan al-Qourachi, qualifié de « commandeur des croyants » et « calife des musulmans », avait été approuvée par Abou Ibrahim avant sa mort.

Ahmad Al-Rubaye – AFP

Il arrive à la tête de l’EI au moment où le groupe est affaibli par des offensives successives soutenues par les États-Unis en Irak et en Syrie. Le nouveau leader n’est pas encore connu des spécialistes de mouvements jihadistes. 

Cidjy Pierre