Martine Filleul : « le projet que défend Anne Hidalgo est le plus adapté »

Sénatrice du Nord et membre du Parti socialiste, Martine Filleul a donné son parrainage d’élue à Anne Hidalgo pour l’élection présidentielle de 2022. Un choix symbolique mais évident alors que la France « traverse des crises multiples ».

« Je me reconnais complètement dans sa candidature » : Martine Filleul, sénatrice française et secrétaire au Sénat, se confie sur le soutien qu’elle apporte à Anne Hidalgo depuis « qu’elle a été investie par les militants socialistes, en octobre dernier ». Ayant « signé un appel en faveur de sa candidature présidentielle », la sénatrice décrit la candidate du PS comme une « femme courageuse et déterminée, élue et réélue à la tête de la ville de Paris ». Parmi ses 500 parrainages obtenus, on retrouve alors celui de Martine Filleul, « une évidence » : « lorsque l’on est socialiste, on soutient la/le candidat-e socialiste investi-e ».

Martine Filleul

Face à huit candidats sur douze étant des hommes, la sénatrice voit cette potentielle « élection d’une femme socialiste à la tête de la République » comme un « tournant majeur ». Au lendemain du meeting d’Anne Hidalgo au Zénith de Lille, Martine Filleul déclare que la candidate a annoncé un « projet pour la société » : « Il possède une vision globale et des propositions très concrètes qui touchent au quotidien des Français ». Parmi elles, « l’objectif d’atteindre l’égalité salariale entre les femmes sur les hommes sur un quinquennat, le fait d’enfin consacrer le milliard – tant attendu par les associations féministes – pour lutter contre les violences faites aux femmes ». Un projet qui lui tient à cœur alors que « les inégalités n’ont cessé de grimper durant le quinquennat du président Macron ».

Selon les dernières sondages de l’IFOP, Anne Hidalgo stagne autour des 2%. Mais « n’oublions pas que les sondages se sont souvent trompés – nous l’avons vu récemment à l’occasion des élections régionales ». Un résultat qui pourrait abattre le Parti socialite mais qui, au contraire, continue de mener une campagne qui « sur le terrain » : « les militants que nous sommes sont pleinement mobilisés » pour soutenir des « proposition qui répondent le mieux aux problématiques quotidiennes, en particulier de ceux des classes moyennes et populaire ». Et lorsqu’Anne Hidalgo assiste à des événements culturels, dont une battle de hip-hop, elle affirme que ce lieu est le « cauchemar d’Eric Zemmour ». Des paroles justes selon la sénatrice qui soutient sa volonté d’augmenter « les moyens de l’État pour lutter contre l’antisémitisme, le racisme, le sexisme et les LGBTQI-phobies ».

La gauche est-elle morte ?

Une gauche morte, Martine Filleul n’y croit pas. Jean-Pierre Chevènement, une des figures historiques de la gauche française, disait sur Europe 1 en février 2020 que « la gauche est morte d’avoir épousé le néo-libéralisme ». Des paroles sans sens pour la sénatrice qui rappelle que « la conséquence qu’il en tire, c’est de soutenir Emmanuel Macron qui applique une politique néo-libérale ».

Une division de la gauche s’était pourtant montrée avant la confirmation des candidats ayant obtenu les 500 parrainages. Des primaires proposées, des refus… un grand regret pour la sénatrice : « Malheureusement, à l’exception de Christiane Taubira, personne n’a voulu s’y prêter. Dès lors, ce n’était plus une primaire qui permettait le rassemblement, mais une primaire qui risquait d’ajouter une candidature ».

Mais impossible d’envisager une gauche morte alors qu’« Anne Hidalgo incarne cette gauche sociale, écologiste et républicaine », une « gauche européenne » importante à soutenir avec le conflit ukrainien, où « nous avons vu combien l’Europe est l’échelon pertinent pour faire face à ce type de conflit ». Depuis l’invasion russe en Ukraine, la question de ce conflit est centrale dans la présidentielle 2022. Comment aurait réagi la candidature du PS en tant que présidente de la République ? « Anne Hidalgo n’a jamais eu les yeux de chimène pour Poutine… On ne peut pas en dire autant de tous les candidats à la présidentielle ! » Martine Filleul affirme qu’« en tant que présidente, elle aura des initiatives fortes à mener au niveau européen, notamment en faveur de la solidarité avec les réfugiés ukrainiens, ou bien encore sur la question de l’Europe de la Défense ». 

Un PS soudé malgré les scores

Face à l’urgence climatique, les projets écologiques des candidats sont surveillés à la loupe. Rien à craindre du côté de Martine Filleul, persuadée que « les mesures de notre candidate en matière d’écologie sont réalistes ». « Inspiré de son expérience locale, et des initiatives parlementaires », le programme environnemental d’Anne Hidalgo serait tout à fait réalisable.

« Elle a fait la preuve que la transition écologique ne peut se faire sans justice sociale » affirme Martine Filleul. Malgré les rumeurs affirmant un abandon du PS, le parti est pourtant toujours présent pour militer, proposer, et soutenir. Face à une candidate qui « s’engage à la mise en place d’une République pour toutes et pour tous », la campagne continue et les militants restent mobilisés : « le projet que défend notre candidate est le plus adapté ».

Chloé Gomes