La Vieille Bourse de Lille : un trésor pour les passionnés de vieux journaux

La belle ville de Lille cache bien ses merveilles, et c’est le cas de le dire. La Vieille Bourse, connue de tous pour sa vente de livres anciens, renferme aussi des petits trésors pour les passionnés de vieux journaux. Cachés entre quelques bouquins, les premières éditions du Petit Journal ou encore celles de Paris Match y sont proposés à la vente. Si nous fouillons bien, il ne serait pas … Continuer de lire La Vieille Bourse de Lille : un trésor pour les passionnés de vieux journaux

Le métavers, futur de l’Internet, c’est bientôt !

Contraction de « méta » et d’ « univers », le métavers prévoit de révolutionner le monde virtuel en proposant aux utilisateurs une expérience encore plus immersive dans l’Internet. Un projet qui est en cours de développement depuis maintenant plusieurs années, cette nouvelle technologie se rapproche de plus en plus du concret. Le 18 octobre dernier, le géant américain Facebook annonçait la création de 10 000 postes en Europe pour … Continuer de lire Le métavers, futur de l’Internet, c’est bientôt !

PRIX NOBEL DE LA PAIX 2021 : Maria Ressa, journaliste et symbole

Le 8 octobre, le Comité Nobel norvégien n’a pas récompensé une personne, ni un groupe, mais deux journalistes : la philippino-américaine Maria Ressa et le russe Dmitri Mouratov. La raison ? Les récompenser de leur combat quotidien pour la défense de la liberté d’informer.  « Nous voulions illustrer ce que dédier sa vie à une tâche aussi importante signifie ; et mettre en valeur deux personnes … Continuer de lire PRIX NOBEL DE LA PAIX 2021 : Maria Ressa, journaliste et symbole

Médias en Seine : « réfléchir ensemble », oui mais comment ?

Ce mardi 12 octobre a eu lieu la 4e édition de Médias en Seine sous forme hybride. Retour sur une journée où toutes les professions se sont retrouvées Ils sont journalistes, médecins, philosophes, scientifiques, auteurs, français ou étrangers, photographes, producteurs, réalisateurs, artistes, start-ups, plateformes, régulateurs… et ils étaient tous présents pour le 4e édition de Médias en Seine organisée par franceinfo et Les Echos. Ce … Continuer de lire Médias en Seine : « réfléchir ensemble », oui mais comment ?

Sous l’occupation, Kurt Hinzmann a fait de la télévision le centre de ses préoccupations

Dans les années 1930, la télévision en France connaissait un véritable essor. Seulement voilà, la guerre met un terme à tous ces projets. En 1942, c’est un Allemand, Kurt Hinzmann qui va reprendre les choses en main, et instaurer un véritable centre de télévision à Paris avec comme objectif : remettre du baume au cœur aux soldats allemands blessés dans les hôpitaux français. Un héritage qu’il … Continuer de lire Sous l’occupation, Kurt Hinzmann a fait de la télévision le centre de ses préoccupations

Le football et la télévision : je t’aime, moi non plus

Le football et la télévision sont comme pieds et mains liés en France. L’un est né en 1919, l’autre en 1945, et c’est en 1952 qu’ils se sont rencontrés pour la première fois. Pour autant, cette relation était au début extraordinaire et les tensions présentes. Retour sur les premiers matchs de football retransmis sur les écrans des Français et le début d’une relation tumultueuse. Le … Continuer de lire Le football et la télévision : je t’aime, moi non plus

Être une femme et journaliste sportive : un défi au quotidien

Historiquement, le sport est considéré comme un domaine réservé aux hommes. Majoritaires dans les retransmissions, les hommes le sont également au sein du métier de journaliste. Près de 90% des journalistes de sport sont des hommes. Pourtant, de nombreuses femmes sont passionnées par ce domaine et en ont fait leur métier. Mais entre sous-médiatisation, sous-effectif, remarques sexistes ou encore harcèlement, leur place au sein du … Continuer de lire Être une femme et journaliste sportive : un défi au quotidien

La guerre des droits TV mènera t-elle le football français à sa perte ?

Le sport et la télévision entretiennent depuis longtemps des rapports étroits. Au fil du temps, le football est devenu un produit financier vital pour les chaînes de télévision, qui se livrent une bataille sans relâche pour remporter les droits de diffusion.

Pour les téléspectateurs, regarder le sport à la télévision est devenu un véritable casse-tête. Les chaînes payantes se partagent les parts du gâteau, entre Canal+, beIN Sports, RMC Sport, Eurosport… Le véritable passionné de sport doit dépenser une petite fortune pour avoir accès à l’intégralité des programmes sportifs.

Apparues en 1984 avec la naissance de Canal +, la première chaîne à péage de l’histoire de la télévision française, les chaînes payantes ont de nos jours envahi le quotidien des Français. Seulement, depuis la disparition de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) en 1974, les chaînes sont entrées en concurrence, s’arrachant le droit de diffusion des grandes compétitions.

Seuls les événements sportifs importants ne peuvent être retransmis en exclusivité sur une chaîne payante, qui est dans l’obligation de proposer la retransmission de ces événements aux chaînes gratuites à un prix raisonnable. Le conseil des Communautés européennes ne voulait pas oublier le libre accès pour les téléspectateurs, entre autres, les Jeux olympiques, le Tournoi de rugby des Six Nations doivent être assurés d’être diffusés en direct et en intégralité sur une chaîne à accès libre.

Une relation gagnant-gagnant

Le sport et la télévision ont toujours entretenu une relation étroite, les deux se confortent mutuellement pour augmenter leur chiffre d’affaires. En diffusant le quart de finale de la Coupe du monde de rugby France/Nouvelle-Zélande, la chaîne TF1 obtenait sa meilleure audience de l’année 2016 (12,2 millions de téléspectateurs), rien d’étonnant, le match était le programme le plus regardé sur toutes chaînes confondues.

Le sport est devenu le nerf de la guerre des audiences. Entre chaînes payantes, la bataille des droits de retransmission est ardue, quitte à payer le prix et exploser les coûts. Le but ? Rafler tous les abonnés à la concurrence. Au fil des années, les chaînes de télévision ont pris conscience de la notoriété sportive, fédérateur d’un large public et du pactole qu’elles pouvaient gagner. Sport le plus populaire au monde, la diffusion du football est devenue une guerre d’appels d’offres entre les chaînes de télévision cryptées, loin devant les montants déboursés pour les autres sports comme le rugby, la Formule 1 ou le tennis.

La mosaïque des droits TV du foot

Depuis 1984, cinq jours après sa création, Canal+ est la première chaîne cryptée à diffuser un match du championnat français. Pendant 15 ans, Canal+ détiendra le monopole, mais très vite, en 1999, elle fait face à un nouveau concurrent, le bouquet numérique TPS (Télévision par satellite). Pour la première fois, la Ligue de football professionnel (LFP) doit organiser un appel d’offres, qui pourrait lui être favorable.

Avec l’entrée en jeu de nouveaux adversaires dans la course aux droits de diffusion, les prix flambent, et la LFP l’a bien compris. Le financement des clubs et de la compétition est très coûteux, le football français dépend à 65 % des droits de retransmission télévisée, aucune concession n’est possible sur le montant de ces droits. La LFP doit absolument favoriser l’émergence des concurrents et faire grimper les enchères, pour ne pas se retrouver sans défense, seule face à Canal+.

En 2004, un nouveau concurrent, Orange, s’impose pour attirer des abonnés internet et mobile et arrache un tiers de la Ligue 1 à Canal+ pour la période de 2004-2008 même si la chaine cryptée réussit à conserver les meilleures affiches. En 2012, Canal+, alors principal diffuseur du football voit un véritable adversaire entrer sur le marché français, la chaîne qatarie, BeIN Sports. Depuis, BeIN est le principal détenteur des droits de diffusion des championnats de football italien, allemand et espagnol. Mais cette quête perpétuelle vers une offre toujours plus grande et onéreuse, a failli conduire le football français au hors-jeu.

Continuer de lire « La guerre des droits TV mènera t-elle le football français à sa perte ? »

Sur les médias, les princesses d’Angleterre règnent sans partage

Victoria, Elisabeth Ire, Marie Stuart… autant de grands noms d’Outre-Manche qui ne sont que des noms de femme. Héritière de cette vaste tradition, la reine Elisabeth II est aussi devenue une figure majeure de l’Histoire, en étant à la fois tête d’un monde présent et porteuse par sa couronne des joyaux du passé. Pour toujours rester moderne, elle a su recourir aux médias et constamment … Continuer de lire Sur les médias, les princesses d’Angleterre règnent sans partage